La Gauche en Europe

Coronavirus – phase 2 : Session spéciale AG de l’ONU sur le Covid du 3 au 5 décembre 2020 -Faire contribuer les riches – Pierre Larrouturou en grève de la faim pour la TTF – Et maintenant on fait quoi ? – Amazon et des bénéfices triplés – Grande-Bretagne : l’impact disproportionné sur les communautés – Et si on regardait du côté des transports en commun ? – La santé en lutte (suite) – Ceux qui en profitent – La parole des « essentielles » – La manif Santé du 13 septembre – Faire Front – Pas de retour à l'(a)normal(e) ! le courrier Kairos juin 2020 – – Les cadeaux européens aux banques – Le grand retour de l’impôt sur la fortune ? – Considérations stratégiques – Dumping fiscal, honte éthique et ineptie sociale – Un impôt sur la fortune réclame la FGTB – La haie d’honneur à Sophie Wilmès – Construire un front social, écologique et démocratique -Pour un impôt sur la fortune – Blackstone et sa puissance de lobbying -Travail : démocratiser, démarchandiser et dépolluer – Pour un financement européen (S.Giegold) – aide aux ménages pauvres (pétition du RWLP)

 

Session spéciale de l’A.G. des Nations Unies sur la pandémie de la Covid-19

                                                  N.Y. 3 au 5 décembre 2020

« Let us not forget that none of us are safe until we are all safe. »

                                                  Volkan Bozkir, Président de L’A.G. 

 20-1116 FR Lettre pour signatures en soutien de nos propositions à la Session Spéciale ONU sur Covid-19_ def (1) (3)

Petits rétroactes:

  • Plusieurs pays dont l’Afrique du Sud et l’Inde, soutenus par l’OMS, avaient introduit en début de la pandémie de la Covid-19 une demande de convocation d’une session spéciale des Nations Unies sur la lutte contre la Covid-19. Cette proposition fut rejetée par les Etats-Unis.
  • En septembre, lors de l’ouverture de la 75ème session de l’AG des N.U., le secrétaire général Antonio Guterres termina son discours par un appel pour que l’accès au vaccin contre la Covid-19 soit considéré comme un service de santé pour tous les humains, un bien public.
  • Devant les résistances et le peu d’échos à cet appel, l’Inde et l’Afrique du Sud, soutenus par l’OMS, ont introduit en octobre à l’OMC une proposition pour que celle-ci suspende provisoirement l’application des règles concernant les brevets dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.
  • Cette demande a été rejetée par le pays où sont localisées les 15 plus grandes entreprises pharmaceutiques détentrices du plus grand nombre de brevets sur le vivant : Etats-Unis, Union Européenne, Norvège, Grande-Bretagne, Japon, Suisse, Australie.

     5- Le président de L’A.G. des N.U. obtient les feux verts pour convoquer début décembre la 37ème session spéciale dédiée à la Covid-19. C’est un événement important. « Elle constitue une opportunité unique pour configurer et mettre en œuvre les actions communes, efficaces et coordonnées au plan mondial, de lutte contre la pandémie dans l’intérêt et l’assurance du droit à la vie, à la santé, de tous les habitants de la Terre. Le moment est historique. Il en va du devenir de l’ONU en tant qu’organisation capable de contribuer à une régulation juste et pacifique des affaires mondiales et surtout de la capacité de nos sociétés de donner à la vie une valeur universelle libérée de toute subordination aux “raisons” marchandes, économiques et de puissance.   

La santé, la vie, n’est pas une question de business, de profits ni de puissance nationale, de domination ou de survie des plus forts. », écrit le professeur Riccardo Petrella, président de l’Agora des Citoyens.

Comment se préparer  à agir :

Lors de l’assemblée spéciale de décembre prochain. Il est prévu que les ONGs soient consultées.

Nous vous invitons à réagir en mobilisant la presse et la société civile (ONGs, syndicats, églises, associations humanistes et laïques, partis..) afin d’amener nos Etats, le vôtre, à dépasser les intérêts marchands et à soutenir l’appel de l’OMS pour garantir à tous les humains le droit au vaccin comme un service public gratuit.

La session spéciale doit :

  1. a) réaffirmer que la santé des personnes, des peuples et des écosystèmes de la

Terre sont prioritaires et doivent prévaloir, en cas de conflit, sur les intérêts particuliers et corporatifs, économiques, utilitaires ou marchands. Dès lors :

  1. b) approuver l’abandon pour la période 2021-2023 de l’application des règles concernant les brevets sur le vivant, en particulier sur l’ensemble des outils médicaux, y compris les vaccins, de lutte contre la pandémie Covid-19. Et :
  2. c) décider la création d’une « Task Force » mondiale, sous l’égide de l’ONU, sur la révision du régime juridico-institutionnel de la propriété intellectuelle à l’ère de l’anthropocène.

Je conclurai en me référant à l’autrice indienne Arundhati Roy : « Nous devons donner nos aujourd’huis pour les lendemains de notre humanité. »

Et cela nécessite de modifier radicalement les priorités de la finance mondiale.

Merci pour votre capacité à réagir et pour votre signature.

Pierre Galand, 20 novembre 2020

——————————————————————————————-

Small retroacts:

1. Several countries including South Africa and India, supported by the WHO, had introduced at the beginning of the Covid-19 pandemic a request for the convening of a special session of the United Nations on the fight against the pandemic.
Covid-19. This proposal was rejected by the United States.
2. In September, at the opening of the 75th session of the UN General Assembly, Secretary General Antonio Guterres ended his speech with a call for access to the Covid-19 vaccine to be seen as a health service for all humans, a public good.
3. In October, India and South Africa, supported by the WHO, submitted a proposal to the WTO to temporarily suspend the application of patent rules in the fight against Covid-19, in the face of resistance and little response to this call.
4. This request was rejected by the country where the 15 largest pharmaceutical companies holding the largest number of patents on living organisms are located: United States, European Union, Norway, Great Britain, Japan, Switzerland, Australia.
5- The President of the UN General Assembly obtained the green light to convene the 37th special session dedicated to Covid-19 at the beginning of December.

It is an important event. « It is a unique opportunity to configure and implement common, effective and coordinated actions at the global level, to fight against the pandemic in the interest and assurance of the right to life, to health, of all the inhabitants of the Earth. This is a historic moment. The future of the UN as an organization capable of contributing to a just and peaceful regulation of world affairs and, above all, to the capacity of our societies to give life a universal value free of all subordination to market, economic and power « reasons » is at stake.
Health, life, is not a question of business, profits or national power, domination or survival of the strongest. « , writes Professor Riccardo Petrella, president of the Citizens’ Agora.


How to prepare to act :
During the special assembly of next December, it is foreseen that the NGOs will be consulted during the December session. We invite you to react by mobilizing the press and civil society (citizens – inhabitants of the world, NGOs, unions, churches, humanist and secular associations, political parties …) in order to bring our States, yours, to go beyond commercial interests and to support the call of WHO to guarantee to all humans the right to vaccine as a free public service.

The special session must :

a) Reaffirm that the health of people, peoples and ecosystems of the Earth are priorities and must prevail, in case of conflict, over special and corporate, economic, utilitarian or commercial interests. Therefore :

b) approve the abandonment for the period 2021-2023 of the application of the rules concerning patents on life, in particular on all medical tools, including vaccines, to fight the pandemic.
Covid-19. And… (laughs)

c) decide the creation of a world Task Force, under the aegis of the UN, on the revision of the legal-institutional regime of intellectual property in the anthropocene era.

I will conclude by referring to the Indian author Arundhati Roy: « We must give our respects today for the tomorrows of our humanity. »
And this requires a radical change in the priorities of global finance.

Thank you for your responsiveness.

Pierre Galand, November 11, 2020 (1)

Pierre Galand, Founder of OXFAM in Belgium and Secretary General from 1967 to 1996.
Former president of : National Center for Development Cooperation CNCD , National Action Committee for Peace and Development (CNAPD), organizer of the anti-missile marches from 1979 to 1985 – Fight against apartheid in South Africa 1985-1988. – Secularism and Humanism in Central Africa.
Still presides over: The World Organization Against Torture OMCT-Europe. – The Belgian Association and the European Coordination for Palestine (ABP and ECCP). – The Belgian Association and the European Coordination in Support of the Sahrawi People (EUCOCO). – The Forum for a North-South Generation Contract. – The Friends of the Diplomatic World – Belgium.

————————————————————————————-

Faire contribuer les riches, vraiment? (analyse)

  • 03/11/20 à 16:39
  • Mise à jour à 16:46
Thierry Denoël
Thierry Denoël  

Journaliste au Vif/L’Express/3 novembre 2020

Plus la crise sera dure, moins les grosses fortunes pourront y échapper. L’idée de taxer les plus larges épaules revient en force. Mais à quelle hauteur et avec quelle efficacité? Décryptage.

Faire contribuer les riches, vraiment? (analyse)Vincent Van Peteghem – le nouveau ministre des Finances de Belgique

Y a pas photo. Il faut trouver le moyen de régler l’ardoise. L’endettement de la Belgique a récemment dépassé le cap symbolique des 500 milliards d’euros, soit 115 % de son produit intérieur brut (PIB). Du jamais-vu. Cette augmentation de la dette belge est clairement due à la crise du corona-virus: les recettes ont chuté à cause de la baisse de l’activité économique et les dépenses ont explosé, justement pour soutenir l’économie. Le Trésor a toutefois emprunté au-delà de ses besoins urgents pour constituer un bas de laine en prévision d’une dégradation. Vu l’ampleur de la deuxième vague pandémique, c’était pour le moins clairvoyant.

———————————————————————————

NEWSLETTER LE VIF
 

———————————————————————————-

Tant que les taux d’intérêt restent au plancher, il ne faut pas s’affoler, rassurent les experts, car la charge de la dette ne s’alourdit pas. Mais le resteront-ils encore longtemps? En outre, la reprise sera plus lente que prévu, surtout si une troisième vague de Covid-19 nous envahit, début 2021. Ce qui n’est pas à exclure. Bref, les pouvoirs publics devront trouver de l’argent. Dans les poches de qui? Les regards se tournent naturellement vers les plus riches qui, certes, ne peuvent renflouer à eux seuls les caisses de l’Etat mais qu’on ne peut épargner – sans mauvais jeu de mots – dans les palabres budgétaires.

Selon la dernière évaluation de la Banque centrale européenne (2017), 20% des ménages belges les plus riches concentrent 64 % de la richesse nette. A lui seul, le pourcent le plus nanti détient 17% du patrimoine (Le Vif/L’Express du 21 mai dernier). La Belgique est le quatrième pays européen où la concentration de richesses aux mains d’un dixième de sa population est la plus élevée.

Quelle taxe et combien?

Dans la période de crise actuelle, il ne paraît donc ni absurde ni inique de solliciter « les plus larges épaules ». Aussi, non sans une certaine pudeur, le gouvernement De Croo a annoncé qu’il allait « demander une contribution équitable aux gens qui ont une plus grande capacité contributive ». Autrement dit, les plus riches devront payer une partie de la facture Covid. De quelle manière? On sait qu’il s’agira d’une taxe sur les comptes-titres revue et corrigée qui rapporterait près de 430 millions par an, selon les projections du SPF Finances. Le gouvernement s’est mis d’accord sur un taux de 0,15% sur les comptes, de personnes physiques et morales, garnis de plus d’un million d’euros. Le montant est plus ambitieux qu’annoncé au départ, mais il devra se vérifier dans les faits.

Rappelons qu’un compte-titres permet, via un compte courant auquel il est lié, d’acheter et vendre des valeurs mobilières (actions, obligations, etc.). A la différence d’un compte à vue, il ne sert pas à des opérations de paiement. Il est dédié aux placements. Tout le monde n’en possède pas. Ce sont surtout les contribuables des deux derniers déciles (essentiellement même du dernier décile) – soit les tranches supérieures de revenus – qui peuvent se le permettre. On se souvient que le gouvernement Michel a tenté d’imposer les comptes-titres, mais s’est vu stoppé net dans son élan par la Cour constitutionnelle, car la taxe envisagée était discriminatoire.

Elle ne visait que certaines valeurs mobilières et pas d’autres. En particulier, les actions nominatives, souvent liées aux PME familiales et entreprises non cotées en Bourse, y échappaient. Car la suédoise redoutait d’asphyxier l’entrepreneuriat, un risque également évoqué dans la déclaration du nouveau gouvernement. La Vivaldi est néanmoins déterminée à avancer vite sur ce dossier, puisqu’un accord vient d’être trouvé. Tous les comptes-titres et instruments financiers sont concernés. Cet « impôt des riches » pourrait être levé dès le 1er janvier prochain. Il a été décidé d’affecter les moyens obtenus aux soins de santé, une manière de faire passer la pilule plus facilement par les libéraux auprès de leur électorat dans le contexte sanitaire. Le texte doit encore être peaufiné, surtout pour éviter une nouvelle raclée de la Cour constitutionnelle. Il doit aussi prévoir des mesures antiabus avec effet rétroactif pour éviter, par exemple, qu’un contribuable ne scinde dès maintenant un compte-titres en deux pour descendre sous le seuil, exempté de la taxe, du million d’euros.

Une taxe européenne également?

Au-delà de nos frontières, un impôt européen sur la fortune est aussi évoqué. Dès avril, s’appuyant sur le désormais célèbre éditorial du Financial Times qui prônait un tel impôt, trois économistes français réputés ont proposé d’instaurer une taxe temporaire et progressive sur les plus grosses fortunes de l’UE: de 1 % au-delà de deux millions d’euros d’actif net jusqu’à 3 % au-delà d’un milliard, l’Union comptant 330 milliardaires. Selon ces économistes, cette taxe permettrait de lever, chaque année, l’équivalent de 1,05 % du PIB de l’Union, de quoi éponger en une décennie les dettes liées au coronavirus. Le trio rappelle qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne a pris le même type de mesures pour ne pas gonfler sa dette. Le Japon aussi. Avec succès.

Mais, outre le fait qu’il faudrait changer les traités européens pour instaurer une telle taxe, il est peu probable qu’un accord politique puisse se dégager au sein des Vingt-Sept, surtout quand on voit avec quelles difficultés l’UE tente déjà d’accoucher d’une taxe sur les transactions financières (TTF), et ce depuis… 2011. Inspirée de la fameuse taxe Tobin (du nom du prix Nobel de l’économie), cette TTF est une véritable arlésienne. Pour brider les spéculateurs après la crise de 2008, la Commission de José Manuel Barroso avait imaginé, il y a neuf ans, une taxe sur les actifs échangés : de 0,1 %du montant de la transaction pour les actions et obligations et de 0,01% pour les produits dérivés. Cette taxe devait rapporter près de 60 milliards d’euros.

Depuis tout ce temps, et alors qu’il s’agit – comme le répète le président du PS Paul Magnette – d’une taxe sur une part non productive de l’économie, aucun accord n’est intervenu au sein de l’UE. En juin dernier, les dix pay (dont la Belgique) qui adhèrent au projet semblaient se diriger vers une TTFallégée ne rapportant que 3,5 milliards d’euros. Mais, en juillet, 70 eurodéputés ont exigé une taxe plus ambitieuse. A l’appel de la Confédération européenne des syndicats, quelques dizaines de manifestants ont réclamé la mêmechose, le 14 octobre dernier, à Bruxelles, lors du sommet des dirigeants européens consacré au budget. Plus marquant : le député socialiste français Pierre Larrouturou vient d’entamer une grève de la faim, au sein même du Parlement européen, pour que les Etats membres respectent les demandes des élus sur le budget, dont la TTF. Du jamais-vu , là aussi. Question: le gouvernement belge va-t-il encore accepter une TTF après avoir adopté sa nouvelle taxe nationale sur le patrimoine?

Quel secret bancaire? Quel cadastre?

Pour faciliter la taxation et aussi la lutte contre la fraude fiscale, le gouvernement De Croo a prévu que le point de contact central (PCC) au sein de la Banque nationale (BNB) puisse désormais communiquer au fisc, non seulement les numéros de comptes bancaires et le nom de leur titulaire mais aussi le solde de ces comptes. Jusqu’ici, lorsqu’il soupçonnait une fraude, le fonctionnaire fiscal, une fois le PCC consulté, devait s’adresser aux banques concernées pour avoir cette info. Sans être une révolution, d’autant qu’il s’agit de la traduction tardive d’une directive UE, cela permettra à l’administration des Finances de gagner du temps.

Cela dit, que reste-t-il du secret bancaire en Belgique? Pas grand-chose. Il n’existe plus, depuis longtemps, en matière de TVA, de droits de succession ou droits d’enregistrement. Pour l’impôt sur le revenu, les fonctionnaires du recouvrement et du contrôle doivent passer par le PCC et ensuite par les banques pour connaître le solde et les mouvements sur les comptes. Cela n’empêchera pas un fraudeur de se rendre insolvable ni de déposer les sommes fraudées sur le compte épargne de sa partenaire ou celui de sa mère pensionnée, sur lesquels on ne pourra pas lever le secret bancaire, sauf si le service de contrôle de ces contribuables-là ouvre une enquête parallèle, ce qui devient compliqué.

Par ailleurs, le PCC ne donne aucune information sur les comptes-titres ouverts dans les banques belges, seulement sur les comptes financiers (à vue ou épargne). Idem pour les comptes ouverts à l’étranger, également concernés par la nouvelle taxe, que les résidents belges communiquent volontairement : cela ne concerne pas les comptes-titres. Enfin, les assurances-vie souscrites à l’étranger sont communiquées par le PCC, mais pas celles souscrites auprès d’une compagnie belge. Il subsiste, à l’évidence, des lacunes cruciales pour les administrations de contrôle et de recouvrement, a fortiori si une taxe sur les comptes-titres voit le jour.

Ceux qui craignent que le point de contact central de la BNB devienne un vrai cadastre des fortunes peuvent donc continuer à dormir sur leurs deux oreilles. D’autant que les actifs immobiliers, les oeuvres d’art, les antiquités, qui font aussi partie d’un patrimoine, ne sont pas repris non plus au PCC. Cela dit, un cadastre des fortunes n’est pas forcément indispensable pour lever un impôt sur la fortune (ISF) qui reste basé sur la déclaration du contribuable. Ni la France ni les Pays-Bas, où l’ISF a existé un temps, n’ont établi un tel cadastre.

En revanche, pour que les contrôles fiscaux en la matière s’avèrent efficaces, ne serait-il pas judicieux d’étoffer les informations communiquées par le PCC et de permettre au fisc d’avoir accès aux contrats d’assurance vol et incendie (qui inventorient aussi le patrimoine), voire aux contrats spécialisés pour les oeuvres d’art ? Tout cela permettrait également de mieux lutter contre la fraude fiscale, autre cheval de bataille affiché du gouvernement De Croo qui espère en retirer un milliard d’euros par an. Mais se donnera-t-il les moyens de cette ambition-là, en pleine tempête Covid? Ici aussi, il ne faudra pas perdre de temps.

———————————————————————————————–

TTF : Pierre Larrouturou en grève de la faim au Parlement européen :

Pour le suivre : https://taxonslaspeculation.eu/home/

https://docs.google.com/document/d/1z70UElI7sJ-u3CrQa95Urb2mFYf3RbtWd81_7IFrHSo/edit?usp=sharing

https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/10/28/pierre-larrouturou-en-greve-de-la-faim_6057684_3234.html

Pierre Larrouturou, en grève de la faim : «Macron ne veut pas que l’UE taxe les spéculations»

Taxe sur les transactions financières : « Ce qui bloque ? La France et le lobby bancaire », selon Pierre Larrouturou

Taxe sur les transactions financières : « Ce qui bloque ? La France et le lobby bancaire », selon Pierre Larrouturou

Il est économiste, député européen (au sein du groupe S&D), et rapporteur général pour le budget européen. Pierre Larrouturou est en grève de la faim depuis fin octobre. Il milite pour une taxe européenne sur les transactions financières – mais pas uniquement. Quelque 0,1% de taxe sur les transactions financières qui rapporteraient au niveau européen entre 50 et 60 milliards d’euros par an.

Ses soutiens aujourd’hui ? Une majorité (66%) du Parlement européen dans six groupes politiques, mais aussi plus largement des personnalités publiques qui vont de Nicolas Hulot à Bruno Colmant. Alors que nous sommes au bord d’une vaste crise économique, Pierre Larrouturou part d’un constat : les marchés financiers, eux, sont en grande forme. Entretien.

Que rétorquez-vous à ceux qui affirment que le capital est tellement mobile aujourd’hui, que la proposition de taxe sur les transactions financières rapporterait sans doute moins que 50 milliards d’euros ?

P.L. : « Le texte défendu par le Parlement (je suis le seul à faire grève de la faim, mais 70% des députés du Parlement européen ont voté cette proposition) a été rédigé en 2011 par la Commission Barroso – qui entre-temps est parti chez Goldman Sachs, ce n’est donc pas l’extrême gauche – contient 1200 pages d’étude d’impact. 1200 pages.

Roosevelt disait qu’il est plus dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé.

Sauf si une banque renonce à toute activité en Europe – la deuxième puissance économique au monde, je ne vois pas BNP ou la Deutsche Bank renoncer à avoir des clients en Europe – elle ne pourra pas échapper à cette petite taxe sur la spéculation« .

Si l’Union européenne veut respecter ses engagements climatiques, et donc aussi de réorientation de l’économie, vous citez des montants nécessaires de 600 milliards d’euros part an d’argent public et privé. Cette taxe est-elle à vos yeux à la fois indispensable et insuffisante ?

P.L. : « Exactement, et je ne me bats pas pour une taxe. Je me bats pour éviter que les hôpitaux s’effondrent et que l’on ne fasse rien pour le climat. Ce qu’on est en train de négocier au niveau européen, c’est le budget pour les sept prochaines années. Si vous n’avez pas d’argent pendant sept ans pour la santé, la recherche ou le climat, c’est juste une catastrophe. Pour financer l’action sur le climat, pour rattraper le temps perdu depuis trente ans, il faut effectivement 600 milliards d’euros par an, ce sont des chiffres de la Commission européenne.

Ce qui est choquant, c’est que tous les gens honnêtes arrivent à se mettre d’accord, et qu’un pays bloque. La France.

Il faut de l’argent pour isoler les maisons, les écoles, les maisons de retraite, faire des transports en commun partout, transformer l’agriculture. Cela peut être génial. Rien qu’en Belgique cela peut créer entre 200.000 et 250.000 emplois. Il y aurait plein d’avantages, mais il faut lancer l’investissement ».

Comment expliquez-vous le consensus large qui se dégage autour de vos propositions (tous les groupes politiques du Parlement européen, sauf l’extrême droite) alors qu’au niveau des Etats membres, le blocage a l’air complet ?

P.L. : « Même au Parlement, cela n’a pas été simple. Mais en quelques mois, il y a eu une évolution claire. Ce qui est choquant par contre, c’est de voir que le Conseil européen refuse, notamment madame Merkel et monsieur Macron. Surtout Emmanuel Marcon, qui se fait, comme son prédécesseur, François Hollande, le porte-parole du lobby financier« .

Est-ce que l’Europe est au service des banquiers, des milliardaires et des traders ? Ou bien au service du bien commun, des hôpitaux et de l’emploi ? Il est temps de choisir.

C’est ça qui bloque aujourd’hui, le poids du lobbying bancaire ?

P.L. : « C’est très clair. Quand des gens comme Bruno Colmant me soutiennent en disant qu’il est temps de faire payer ceux qui ne paient jamais, mais aussi des syndicalistes, qui pensent qu’il faut sortir du capitalisme – mais qu’en attendant d’en sortir, c’est quand même bien si l’on sort 50 milliards de la bulle spéculative pour la mettre dans l’économie réelle, dans la santé et l’emploi, etc. Ce qui est choquant, c’est que tous les gens honnêtes arrivent à se mettre d’accord, et qu’un pays bloque« .

La France ?

P.L. : « Oui, c’est la France, hélas. C’est le lobby bancaire qui tire les ficelles. Roosevelt disait qu »il est plus dangereux d’être gouverné par l’argent organisé que par le crime organisé’.

Réaliser des profits pour les actionnaires des banques, cela ne peut pas être la boussole pour l’Europe. Il est temps de choisir. Angela Merkel a annoncé qu’elle voulait un accord historique sur le climat pour la fin de son mandat. C’est l’une des raisons qui me rend optimiste. Mais elle n’aura aucun accord historique sans budgets, et elle risque de terminer sur un échec.

Est-ce que l’Europe est au service des banquiers, des milliardaires et des traders ? Ou bien au service du bien commun, des hôpitaux et de l’emploi ? Il y a un moment où il faut choisir. Et cela se décide lors du Conseil européen, les 11 et 12 décembre prochains. »

Entretien audio complet en tête d’article. Pour retrouver les propositions de Pierre Larrouturou : Taxonslaspeculation.euµ 

——————————————————-

La dérégulation financière du MiFID repoussée en Commission du Parlement européen :

Succès MiFID: repoussement de la déréglementation financière (blog Sven Giegold)

Mercredi 28 octobre 2020, la commission des affaires économiques et monétaires (ECON) du Parlement européen a adopté sa position sur la «solution miracle MiFID» qui modifie la directive sur les marchés d’instruments financiers (MiFID). La MiFID définit les règles clés pour les bourses, les plateformes de négociation financière, la protection des consommateurs sur les marchés financiers et les règles pour la spéculation sur les matières premières. Le projet de loi de la Commission européenne suggérait de supprimer ou d’assouplir plusieurs règles du cadre existant de protection des investisseurs, de transparence et d’intégrité du marché. Selon la Commission, l’assouplissement de ces exigences permettrait aux marchés financiers de mieux soutenir la reprise économique lors de la pandémie Covid-19. Cependant, de nombreuses mesures n’ont en réalité aucun lien traçable avec la crise actuelle, comme nous l’avons critiqué, les Verts, d’autres groupes politiques et diverses ONG. Dans son projet de rapport, le rapporteur conservateur Markus Ferber a considérablement élargi les propositions de la Commission et inclus de nouveaux dons de déréglementation sur les listes de souhaits des services financiers.

 

Le vote en commission marque un petit succès pour nous, les Verts, et une véritable défaite pour le rapporteur. Après avoir reçu des vents contraires massifs de notre part, les sociaux-démocrates et la gauche, le rapporteur a dû revenir en arrière sur la plupart de ses propres propositions et présenter des compromis qui excluaient largement ses propositions d’extension. En conséquence, le rapport de compromis est beaucoup plus proche de la proposition initiale de la Commission que de son projet de rapport. De plus, la commission ECON a suivi notre ligne et a refusé au rapporteur la majorité nécessaire pour engager des négociations interinstitutionnelles, ce qui donne à la plénière du Parlement européen l’occasion d’améliorer encore le rapport lors de sa session de novembre. Nous, les Verts, avons voté contre le rapport de compromis en commission et allons maintenant travailler à un texte de compromis acceptable pour la plénière.

 

Un compromis alternatif que nous avons présenté n’a pas eu la chance de recevoir une majorité également en raison d’une erreur sur la liste de vote. En collaboration avec les sociaux-démocrates, nous avions proposé de conserver le régime des limites de position sur les matières premières de MiFID II en grande partie intact plutôt que de le supprimer en grande partie, comme suggéré par la Commission européenne et le rapporteur. Malgré l’erreur, notre demande de répéter le vote a été rejetée et le compromis du rapporteur a été adopté à une majorité d’un seul vote. C’est la principale raison pour laquelle nous avons dû insister pour porter le rapport en plénière. Nous déposerons à nouveau le compromis alternatif lors de la session plénière de novembre.

Les amendements proposés au régime de limites de position pour les produits de base sont une préoccupation majeure pour nous, les Verts. Pour limiter la spéculation excessive sur les matières premières agricoles, énergétiques et autres, MiFID II avait introduit un cadre qui impose des limites supérieures aux positions sur matières premières détenues par les acteurs du marché. C’était le résultat d’une large mobilisation de la société civile, des églises et des critiques de la financiarisation des marchés clés. Selon le «compromis K» du rapporteur, ce cadre est censé être entièrement abandonné et remplacé par un nouveau mécanisme qui n’impose des limites qu’à certains produits de base, sur la base de certains critères quantitatifs et d’une nouvelle législation de niveau 2. Sans une évaluation d’impact appropriée, on ne savait absolument pas si le nouveau cadre inclurait tous les produits de base pertinents et si l’objectif initial consistant à prévenir les abus de marché et à limiter la spéculation excessive sur les marchés clés serait toujours atteint. Alors que le régime de limite de position existant est certainement un candidat pour réduire la paperasserie, nous, les Verts, avons fait valoir qu’il serait irresponsable de mettre en œuvre un changement de régime d’une telle portée sans un examen adéquat dans une procédure rapide et rapide. Avec les sociaux-démocrates, nous avons donc proposé une alternative «Compromise Ka», également soutenue par la gauche, qui préserverait l’actuel régime de limite de position avec des changements très ciblés pour offrir plus de flexibilité aux contrats énergétiques naissants.

Le député européen Ernest Urtasun , rapporteur fictif du groupe Verts / ALE pour la solution miracle MiFID a commenté:

«C’est un grand succès qu’une majorité au sein de la commission ECON ne souhaite pas mettre au rebut les règles de protection des investisseurs et d’intégrité du marché dans le cadre d’une procédure précipitée sans contrôle adéquat. Nous, les Verts, sommes ouverts aux changements qui aident à lutter contre la crise des coronavirus, mais nous nous opposons farouchement à l’utilisation de la pandémie comme excuse pour affaiblir les règles du marché financier. Le rapport adopté en commission va encore trop loin et la plénière du Parlement européen doit maintenant profiter de sa chance pour améliorer encore le rapport. Plus important encore, nous devons préserver le cadre des limites de position pour les produits de base qui limite la spéculation excessive.

«En raison d’une erreur dans la liste de vote, aucun vote approprié n’a été émis sur une proposition de compromis alternative des Verts et du S&D sur le régime de limites de position pour les produits de base. La pandémie ne justifie pas la mise au rebut de l’ensemble du cadre sans une évaluation d’impact appropriée. Nous avons plutôt proposé de n’apporter que des modifications ciblées au régime existant pour un ensemble limité de contrats. Malgré l’erreur dans la procédure de vote, notre demande de répéter le vote a été rejetée. Nous allons maintenant essayer de modifier à nouveau le texte en plénière. »

Le député européen Sven Giegold , porte-parole de la politique financière et économique du groupe Verts / ALE, a déclaré:

«Il est bon de voir que la commission ECON a refusé de suivre le rapporteur concernant ses propositions unilatérales. Dès le départ, il n’était pas convaincant que l’abaissement des règles de protection des investisseurs et la réduction de la transparence du marché devraient contribuer de manière significative à la reprise économique après la pandémie. Compte tenu de la gravité des distorsions économiques actuelles en Europe, l’impact macroéconomique de l’ensemble du paquet de relance des marchés des capitaux est hautement discutable. Au lieu de se laisser distancer par les demandes des lobbies, les institutions de l’UE devraient se concentrer sur des mesures de soutien efficaces pour les citoyens et les entreprises pendant la crise et œuvrer pour un avenir durable pour l’Europe grâce au pacte vert européen. Nous avons besoin d’une réforme MiFID réelle et équilibrée. Mais cette véritable réforme MiFID doit atteindre les deux objectifs: réduire les formalités administratives inutiles et mieux protéger les consommateurs.

—————————————————————————————–

Et maintenant, on fait quoi ? – un débat de Carta Academica

https://www.cartaacademica.org/et-maintenant-on-fait-quoi

—————————————

Les bénéfices d’Amazon au troisième trimestre grimpent alors que les ventes pandémiques triplent les bénéfices (The Guardian) – 29 octobre 2020

  • L’entreprise voit ses bénéfices augmenter de 37%
  • Les revenus de 96,15 milliards de dollars ont été supérieurs aux attentes des analystes
Amazon publie jeudi des résultats éclatants au troisième trimestre.
Amazon publie jeudi des résultats éclatants au troisième trimestre. Photographie: Daniel Leal-Olivas / AFP / Getty Images
 
  • Amazon a annoncé jeudi des résultats explosifs au troisième trimestre, alors qu’une pandémie de hausse des ventes a aidé la société à tripler ses bénéfices dans un contexte d’augmentation de 37% des bénéfices.

Les revenus de la société de 96,15 milliards de dollars ont été supérieurs aux attentes des analystes et son bénéfice net a augmenté à 6,3 milliards de dollars au troisième trimestre, contre un bénéfice net de 2,1 milliards de dollars au troisième trimestre 2019. Son unité de services cloud, Amazon Web Services, a enregistré des ventes nettes de 11,6 milliards de dollars pour le trimestre, en hausse de 29% d’une année sur l’autre.

Les gains sont intervenus malgré la décision de dépenser 4 milliards de dollars pour des mesures liées aux coronavirus, notamment l’achat d’équipements de protection individuelle, un meilleur nettoyage de ses installations et des augmentations de salaire.

La société s’attend également à une période de magasinage exceptionnelle pour les fêtes, car Amazon a donné des prévisions de revenus de l’ordre de 112 à 121 milliards de dollars, au-dessus des attentes des analystes de 112,7 milliards de dollars.

Le directeur financier d’Amazon, Brian Olsavsky, a déclaré lors d’un appel de résultats: «Au total, nous avons engagé plus de 7,5 milliards de dollars de coûts supplémentaires liés au COVID au cours des trois premiers trimestres de 2020, et nous prévoyons engager environ 4 milliards de dollars au quatrième trimestre.»

Olsavsky a ajouté que l’entreprise avait créé 250 000 emplois au troisième trimestre et 100 000 au premier mois du quatrième.

Plus tôt cette semaine, Amazon a déclaré qu’il ajouterait 100000 emplois saisonniers à sa main-d’œuvre actuelle de près de 900000 personnes pour répondre à une demande accrue – des emplois, a déclaré la société , offriraient soit une «voie vers une carrière à plus long terme», soit un «revenu supplémentaire. et flexibilité pendant la période des fêtes ».

Dans un communiqué, le fondateur et directeur général d’Amazon, Jeff Bezos, dont la fortune personnelle dépasse désormais 200 milliards de dollars, a attiré l’attention sur la croissance de l’emploi de l’entreprise et sur la décision d’augmenter le salaire minimum des travailleurs.

«Il y a deux ans, nous avons augmenté le salaire minimum d’Amazon à 15 $ pour tous les employés à temps plein, à temps partiel, temporaires et saisonniers à travers les États-Unis et avons mis au défi d’autres grands employeurs de faire de même. Best Buy et Target se sont intensifiés et nous espérons que d’autres grands employeurs feront également le saut à 15 $. Ce serait un bon moment », a déclaré Bezos.

Bezos a ajouté que «offrir des emplois avec un salaire de premier ordre et d’excellents soins de santé, y compris aux employés débutants et de première ligne, est encore plus significatif dans une période comme celle-ci, et nous sommes fiers d’avoir créé plus de 400 000 emplois cette année seulement».

Le patron d’Amazon a déclaré que la société voyait «plus de clients que jamais acheter tôt pour leurs cadeaux de Noël, ce qui n’est qu’un des signes indiquant que la saison des vacances sera sans précédent. Un grand merci à nos employés. »

Les résultats d’Amazon sont intervenus alors que les actions américaines ont rebondi jeudi, un jour après leur plus grande déroute en quatre mois, le S&P 500 augmentant de 1,2%, les investisseurs étant encouragés par des données économiques meilleures que prévu.

Les poids lourds de la technologie Apple, Facebook, Amazon et Alphabet, un parent de Google, se sont tous rassemblés jeudi avant les rapports sur les bénéfices, ajoutant 230 milliards de dollars à leur valeur marchande. Facebook a bondi de plus de 5%, avec Apple et Alphabet en hausse de près de 5% chacun, et Amazon en ajoutant près de 3%. Twitter, également publié jeudi, a augmenté de 8%.

Le rassemblement est intervenu après deux jours de vente au cours desquels les six plus grandes entreprises technologiques (Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet, Facebook et Tesla) ont perdu environ 270 milliards de dollars par crainte d’une flambée mondiale des cas de coronavirus et d’une impasse politique américaine persistante face à une nouvelle économie. plan de relance.

Amazon a perdu environ 30 milliards de dollars, tandis que Microsoft , qui a annoncé mardi de faibles prévisions de revenus, a perdu 70 milliards de dollars. Apple, qui a atteint une capitalisation boursière de 2 milliards de dollars cet été, a perdu 70 milliards de dollars, tandis que Tesla a perdu 13 milliards de dollars.

Malgré cela, les géants de la technologie sont toujours les gagnants de l’année. Les six plus grandes entreprises technologiques valaient environ 5 milles milliards (5 trillion) de dollars en janvier. Ils valent désormais plus de 7,1 milles milliards (7,1 trillions) de dollars.

Mais alors qu’Amazon a massivement bénéficié des achats à domicile pendant la pandémie, il y a également eu des avertissements d’une bulle technologique. L’investisseur David Einhorn a averti cette semaine que les valeurs technologiques sont dans une «énorme» bulle.

« La question qui se pose est où en sommes-nous dans la psychologie de cette bulle? » a écrit le responsable du hedge fund Greenlight Capital dans une note.

«Notre hypothèse de travail, qui pourrait être réfutée, est que le 2 septembre 2020 était au sommet et la bulle a déjà éclaté. Si tel est le cas, le sentiment des investisseurs est en train de passer de la cupidité à la complaisance. »

———————————————————————————-

Grande Bretagne : UNE CRISE ÉVITABLE

L’impact disproportionné du Covid-19 sur les communautés ethniques noires, asiatiques et minoritaires de Grande-Bretagne. Une critique de la baronne Doreen Lawrence.
 

CONTENU

1

PRÉFACE

2

RÉSUMÉ

3

LE BESOIN URGENT D’AGIR

4

IL EST TEMPS DE LUTTER CONTRE LES INÉGALITÉS EN MATIÈRE DE SANTÉ

5

SUREXPOSITION À COVID-19

6

EXPOSITION PROFESSIONNELLE

7

EXPOSITION ENVIRONNEMENTALE

8

EXPOSITION À DES DIFFICULTÉS FINANCIÈRES

9

METTRE FIN À LA STIGMATISATION DES COMMUNAUTÉS

10

AMÉLIOREZ LA COMMUNICATION ET L’ENGAGEMENT

11

COMBLER LES LACUNES DES DONNÉES

12

METTRE FIN AU RACISME STRUCTUREL

 

REMERCIEMENTS

————————————————————–

Lettre à la RTBF à propos de la STIB (Belgique)

Bonsoir,  

Il y a peu, je vous écrivais avec l’espoir que la RTBF fasse un reportage dans les transports publics bruxellois, principalement la STIB et ce aux heures de pointe.  

Je m’étonne que l’on parle si peu de cette problématique.  
La STIB a beau dire qu’elle a renforcé au maximum le nombre de véhicules aux heures de pointe, il n’en reste pas moins, et notamment dans les trams (surtout les petits) et les bus que les voyageurs connaissent des contacts au corps à corps.   

Bien sûr, les formules « il n’y a qu’à » sont plus faciles à dire qu’à prendre.  Néanmoins un réel effort devrait être pris pour briser cette chaîne de propagation.  D’autant que les voyageurs, certes une minorité, ne portent pas bien leur masque (sous le nez) ou enlevé pour se moucher, tousser et téléphoner.    Seraient-ils à distance, ce serait moins grave !
Et c’était encore le cas ce matin vendredi 23 octobre.

Je reste certaine qu’un reportage rapide de la RTBF pourrait interpeller les décideurs politiques.    Ils semblent ignorants ou veulent ignorer cette problématique !  

Bien à vous

Diana Cavallero  

———————————————————————————–

Merci de nous suivre sur notre site ! – la Santé en lutte
Merci pour toutes les signatures à notre pétition qui, à l’heure où nous écrivons ces lignes, s’élèvent déjà au nombre de 14.000 signatures, et merci de continuer à la partager et à la signer !
Et merci de vous déclarer en lutte, à nos côtés !

🔺 Notre Assemblée Générale Nationale aura lieu au
Le Tri Postal
!
Rendez-vous à 19h le 15 octobre, avenue Fonsny 48 1060 Saint Gilles, à coté de la gare de Bruxelles-Midi.
L’Assemblée Générale sera suivie d’un drink !
👉 L’événement de l’Assemblée Générale :
https://www.facebook.com/events/333187841131669/
👉 Le site du Tri Postal : http://www.communa.be/lieux/tri-postal/…
🔺 Onze Nationale Algemene Vergadering zal worden gehouden in Le Triple Postal!
Rendez-vous om 19 uur op 15 oktober, Fonsnylaan 48 1060 Sint-Gillis, naast het station Brussel-Zuid.
De Algemene Vergadering wordt gevolgd door een drankje!
👉 Het evenement van de Algemene Vergadering :
https://www.facebook.com/events/333187841131669/
👉 Le site du Tri Postal : http://www.communa.be/lieux/tri-postal/…
🔺  Vous n’êtes pas sans savoir que notre manifestation a dû subir une intervention policière disproportionnée et violente en fin de rassemblement.
👉  De nombreux articles de presse ont pu suite à notre communiqué du 13 septembre donner une vision exacte sur ce qu’il s’est passé. Nous continuerons notre mobilisation afin de dénoncer les violences commises envers les participants à notre action. C’est dans ce cadre que nous vous invitons à relayer l’appel ci-dessous à l’initiative des victimes de la répression du 13 septembre et que nous soutenons de toutes nos forces.
👉 L’événement du 19 octobre
 
Rejoignez La santé en lutte !
 
 
———————————————————————————–
Les inégalités croissantes :
(Please use the sharing tools found via the share button at the top or side of articles. Copying articles to share with others is a breach of FT.com T&Cs and Copyright Policy. Email licensing@ft.com to buy additional rights. Subscribers may share up to 10 or 20 articles per month using the gift article service. More information can be found here.
https://www.ft.com/content/c4c427e5-3e81-4013-8ea3-866d20ff6f98)

Les fortunes de milliardaires atteignent des niveaux records avec la pandémie
La richesse collective est passée à 10,2 mille milliards trillion) de dollars après le rebond des marchés boursier cet été 
 
Les milliardaires du monde ont vu leur fortune atteindre des niveaux records pendant la pandémie de Covid-19 , car beaucoup ont doublé le risque sur des marchés financiers instables et ont profité du boom technologique. Leur richesse collective a atteint 10,2 mille milliards de dollars cet été, dépassant le précédent record de 2017, selon une étude annuelle largement suivie de la banque suisse UBS.
 
Le nombre total de milliardaires a atteint 2189, contre 2158 en 2017. Alors que la fortune des milliardaires a chuté depuis la collecte des statistiques en juillet – globalement en ligne avec la correction de fin d’été sur le marché des actions – les données suggèrent qu’ils sont toujours bien au-dessus de leur creux de 2020, enregistré en avril, lorsque leur richesse combinée a chuté. à 8 mille milliards de dollars au plus profond du choc des marchés mondiaux lié à la pandémie. UBS a déclaré que la pandémie avait accéléré la fracture croissante de la richesse entre les entrepreneurs innovants investis principalement dans la technologie, la santé et les produits industriels, et d’autres hommes d’affaires axés sur des secteurs moins dynamiques tels que l’immobilier, le divertissement et les services financiers.
 
«Les fortunes se polarisent alors que les innovateurs et les perturbateurs commerciaux déploient la technologie pour être parmi les leaders de la révolution économique d’aujourd’hui», a déclaré le rapport, intitulé «Riding the Storm». «En 2018, 2019 et les sept premiers mois de 2020, les entrepreneurs des secteurs de la technologie, de la santé et de l’industrie ont progressé. La tempête Covid-19 a accéléré la divergence. » Le rapport intervient à un moment où les inégalités économiques croissantes aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans certaines autres grandes économies ont mis le rôle des riches – et, en particulier, des milliardaires de haut niveau – à l’honneur. Les critiques remettent en question tout, des régimes réglementaires qui permettent aux entreprises technologiques d’établir rapidement des positions dominantes sur le marché aux faibles taux d’imposition imposés sur le capital dans certaines juridictions, y compris aux États-Unis et au Royaume-Uni.
UBS, qui est sans vergogne optimiste dans la promotion des milliardaires, soutient que les investisseurs riches axés sur la technologie peuvent profiter au reste de la société en faisant progresser la révolution numérique. «Lorsque la tempête passe, une nouvelle génération d’innovateurs milliardaires semble prête à jouer un rôle essentiel dans la réparation des dégâts» en utilisant les technologies émergentes, indique le rapport. «Que ce soit intentionnellement ou non, cela a le potentiel d’aider à combler les déficits financiers, sociaux et environnementaux.»
 
Les milliardaires n’ont pas tardé à augmenter les dons philanthropiques en réponse à la pandémie. Le rapport a enregistré des dons de 7,2 milliards de dollars de 209 personnes entre mars et juin 2020. Plus de la moitié du total, 4,6 milliards de dollars, est venue aux États-Unis. UBS a déclaré que le total semblait faible par rapport à la valeur nette totale des milliardaires, mais les promesses annoncées publiquement « ont tendance à sous-estimer le montant donné étant donné une tendance à la discrétion. » La banque a déclaré que ses recherches suggéraient que les dons étaient toujours «le plus grand montant» que les milliardaires aient donné en peu de temps. Joe Stadler, chef de la division mondiale du family office d’UBS, a déclaré que les milliardaires avaient bien réussi les bouleversements de cette année parce qu’ils étaient des «preneurs de risques» et avaient été «très disciplinés» dans leur approche, par exemple en restant fortement investis dans les actions même lorsque les marchés plongeaient. Cependant, le rapport a également révélé que les milliardaires, comme d’autres personnes, ont passé du temps dans la pandémie à régler les problèmes familiaux. Quelque 59,5% prévoient d’accélérer la planification de la relève au cours des 12 prochains mois, contre 16,7% au cours des 12 derniers, selon une enquête menée auprès de 84 partenaires travaillant avec des milliardaires chez PwC, le cabinet comptable.
 
—————————————————————————————–
Regards -* des émissions sur les invisibles devenues essentielles 
 
 
 
 
 
 
 
 
ESSENTIELLES
 
Une caméra, un micro, trois jours de tournage à la rencontre de travailleuses de différents métiers dans un grand hôpital. Paroles d’essentielles à l’ère de l’ultramoderne covitude.
 
Un reportage à (re)voir et à partager sur notre page Facebook,par ici.
 
Ou sur notre chaîne YouTube,ici.
 
 
 
Rediffusions RTBF de notre émission de juin, augmentée et remixée:
 
 Mardi 13 octobre à 24h sur La Trois
 
 
 Mercredi 14 octobre à 24h10 sur Tipik
 
 Jeudi 15 octobre à 23h55 sur La Une (extrait de 10 mn)
 
 Lundi 19 octobre à 23h40 sur La Trois (extrait de 10 mn)
 
 
 
Elles s’appellent Stéphanie, Apolline, Safia, Cécile, Jennifer, Sandra, Christiane, Emilie, Anne-Marie, Céline, Isabelle… À l’hôpital de la Citadelle, à Liège, elles sont en première ligne. Dans les services de soin, dans les salles Covid sécurisées, aux urgences, au service logistique, à la cuisine, au nettoyage, en psychiatrie, aux prélèvements… et dans tous les autres services de cette ville dans la ville.
Pour «Regards», elles racontent – se racontent. La «crise». La peur, la fatigue, l’incertitude, la colère face à la gestion de l’épidémie. Le manque de moyens, de reconnaissance, les applaudissements qui font du bien mais ne suffisent pas.
Elles soignent, rassurent, assurent. Avec détermination, créativité, solidarité. Comme tant d’autres femmes dans d’autres métiers en première ligne, elles se battent et portent le collectif à bout de bras. Tous les jours, elles sont là. Essentielles. Elles témoignent du «monde d’avant», et convoquent celui «d’après».
 
Un reportage à (re)voir et à partager sur notre page Facebook,par ici.
 
Ou sur notre chaîne YouTube,ici.
 
 
 
 
Réalisation: Yannick Bovy – Juin/Octobre 2020 – 28′
 
 
La page Facebook des émissions Regards :
 
 
REGARDS – Des émissions d’opinion produites par le CEPAG
et proposées par la FGTB wallonne
 
DVD disponible sur commande: daniel.wojtalik@cepag.be // +32 2 506 83 96.
 
 
———————————————————————
ANALYSE DES MEMBRES DU FRONT

« La manifestation des soignants le 13 septembre est une question de santé publique. Ne l’interdisez pas ! »

Publié le 1 septembre 2020

lettre ouverte publiée aujourd’hui sous forme de carte blanche dans Le Soir. Elle a été signé par 620 soignant.e.s qui soutiennent l’initiative de la manifestation du 13 septembre.

voir la suite sur le site du Front (plus bas)

——————————————————————————-

Le site du Front :

http://www.fairefront.be/faire-front-pour-repondre-a-lurgence-democratique-sociale-et-ecologique/

Faire Front pour répondre à l’urgence démocratique, sociale et écologique
 
En ce 1er septembre, nous refusons de rentrer comme avant. Nous voulons sortir partout et, surtout, nous mobiliser pour que le monde de demain ne soit pas une version cauchemardesque du monde d’avant le Covid !
 
Nous refusons que les plus pauvres, les femmes, les personnes précarisées et les travailleur•euses paient le prix de la crise. Nous refusons d’abandonner le combat pour sauver notre planète. Nous refusons que la démocratie et les libertés restent confinées.  Nous avons besoin, en urgence, d’un tournant écologique et social. Et, pour cela, nous reprenons notre droit de nous réunir, d’agir collectivement et de manifester, sans lequel il n’y a pas de démocratie.
 
Nous refusons que la manifestation pour la santé et pour la sécurité sociale, prévue le 13 septembre à Bruxelles, soit interdite par le bourgmestre de Bruxelles alors que, au moment où est prise cette décision, les rues commerçantes de la ville ne désemplissent pas, les stades de foot s’apprêtent à accueillir à nouveau des centaines de supporter•trices et que de très nombreux travailleur•euses doivent s’exposer à des contacts quotidiens au travail et dans les transports !
C’est pourquoi nous soutenons les initiatives symboliques de tous ceux et celles qui ce1er septembre refusent le retour à l’anormal.
C’est pourquoi nous appelons les forces sociales qui le peuvent à rejoindre la manifestation du 13 septembre à Bruxelles
C’est pourquoi nous soutiendrons activement les mobilisations pour le climat qui seront organisées en septembre et en octobre.
C’est pourquoi, nous nous mobiliserons tous ensemble, à Bruxelles et à Namur, le 17 octobre pour rendre visible les invisibles, pour lutter contre la pauvreté et les inégalités, et démontrer à l’ensemble de la population et de la classe politique que construire ensemble une politique de rupture écologique est aussi un gage d’une société plus démocratique et plus égalitaire. 
 
Pour concrétiser une autre politique, au service de la population et respectueuse de nos écosystèmes, il n’y a pas d’autres solutions que de construire un puissant mouvement social et écologique, capable de gagner un rapport de force favorable. Si on n’y arrive pas, le scénario est connu et déjà en cours : socialisation des pertes via des « sauvetages » de grandes entreprises, licenciements massifs, nouvelles mesures d’austérité, pressions pour augmenter le rythme des privatisations, attaques supplémentaires sur les droits sociaux et la sécurité sociale, reprise de la course à la croissance et à la compétitivité, augmentation des inégalités et de la précarité, poursuite de la destruction des écosystèmes…
 
C’est pour éviter ce retour à l’anormal, pour faire bouillir par le fond la marmite du mouvement social et écologique que Faire Front s’est constitué, autour de 4 revendications transversales. Il rassemble déjà plus d’une centaine d’organisations et de collectifs, et de très nombreux citoyen•nes. (www.fairefront.be)
 
En ce 1er septembre, nous appelons toutes les forces sociales et tou.te.s les citoyen.ne.s à nous rejoindre, à partager et discuter nos revendications, à agir et surtout, à ne pas laisser confiner leur colère, ni leurs espoirs : faites-les vivre dans votre entourage, votre entreprise, vos organisations, et dans les rues.

 

 ———————————————————————————

Le nouveau courrier de Kairos Europe WB est arrivé :

Coronavirus : Pas de retour à l'(a)normal(e) !

p. 1 – pagedegardejuin2020

pp. 2-15 – pagedegardejuin2020I

pp. 16-23 – Contre le virus du librescI

pp. 24-28 – Renforcer et faire converger les luttesscIIbis

p. 29 – Stop …  Dépeçage de la Palestine

p.30 – La Tax Justice Day du 28 juin : TJD28juin2020

————————————————————————–

19. juin 2020

Le Parlement européen adopte un paquet cadeau pour les banques sans aucune conditionnalité

Hier, le Parlement européen a adopté la soi-disant «solution miracle du CRR», un assouplissement en profondeur des règles d’adéquation des fonds propres des banques dans la crise de Corona. Le rapporteur socialiste Jonás Fernández ayant obtenu au préalable l’approbation du Conseil des ministres pour la proposition législative, celle-ci entrera rapidement en vigueur.

La décision a été prise avec les votes des démocrates-chrétiens, des conservateurs de droite, des libéraux et des sociaux-démocrates. Nous, les Verts, avons voté contre la proposition parce que nous pensons qu’elle est très déséquilibrée. Des conditions d’accompagnement auraient été nécessaires pour garantir que l’allégement accordé bénéficierait au financement de l’économie réelle. En particulier, nous avons plaidé pour une suspension contraignante des dividendes et des paiements d’intérêts sur les obligations dites CoCo («obligations convertibles contingentes» ou «instruments AT1»). En raison du déséquilibre de la proposition législative en faveur des banques, non seulement la gauche mais aussi certains députés socialistes ont voté contre le rapport de leur propre rapporteur.

Les propositions visent à éviter que les provisions comptables pour pertes de crédit attendues (dans le cadre du nouveau cadre comptable IFRS 9) ne réduisent les fonds propres des banques dans la crise de Corona. Nous, les Verts, combattons ce changement de règles comptables depuis des années en raison de leurs effets excessivement procycliques. En outre, les prêts temporairement non performants doivent être totalement exemptés des règles minimales de provisions («filet de sécurité prudentiel NPL») s’ils sont couverts par une garantie de l’État. Dans un premier temps, cela rendra les pertes «invisibles». L’application des nouvelles règles sur le ratio de levier doit être reportée d’un an, comme convenu également au Comité de Bâle sur le contrôle bancaire.

L’eurodéputé Sven Giegold , porte-parole de la politique financière et économique du groupe des Verts / ALE au Parlement européen et rapporteur de l’ombre verte pour la «solution miracle», a commenté:

«La modification des règles d’adéquation des fonds propres adoptée hier par le Parlement européen est malheureusement un pur paquet cadeau aux banques sans aucune conditionnalité. Au lieu de fournir un soutien ciblé aux entreprises et aux citoyens européens pour les aider à surmonter la crise de la couronne, le paquet ne fait que soutenir les actionnaires des banques et les investisseurs à risque.

Pour la reconstruction de l’économie européenne après la crise de Corona, il sera crucial que les banques fournissent aux entreprises le financement nécessaire. Cependant, comme le montre l’expérience des crises précédentes, l’allégement des capitaux à lui seul n’empêchera pas un resserrement du crédit. Nous, les Verts, avions donc demandé des conditions supplémentaires pour garantir que les banques utilisent effectivement la marge supplémentaire pour financer l’économie réelle et pas seulement pour indemniser leurs actionnaires et investisseurs. Cependant, une majorité au Parlement, composée de conservateurs, de libéraux et de sociaux-démocrates, a préféré accorder un allégement aux banques sans aucune condition.

Les leçons de la grande crise financière ont été de plus en plus oubliées ces dernières années. Les banques et leurs groupes de pression ont réussi à plusieurs reprises à contrecarrer des règles plus strictes et à affaiblir les règles existantes. Suite à l’assouplissement des règles d’adéquation des fonds propres adoptées hier, la Commission européenne a l’intention d’assouplir davantage les lois bancaires et des marchés financiers dans un proche avenir. Nous allons maintenant travailler dans toute l’Europe sur des alliances qui veulent s’opposer à une nouvelle déréglementation des marchés financiers. »

PS: Invitation: webinaire avec le commissaire européen Ferreira le mar. 23.6. 19h00 «Inégalités régionales – le risque sous-estimé pour l’Europe» . Mon collègue vert Niklas Nienaß et moi discutons avec le commissaire européen, le professeur Bachtler (Uni Strathclyde) et vous-même, comment l’Europe qui se reconstruit après Corona peut créer plus d’égalité entre les régions! Limité, places, inscrivez-vous ici!

 

———————————————

Le retour du débat sur la taxation des plus riches (Le Monde)

——————————————————————————-

La prédiction est très difficile, surtout quand il s’agit de l’avenir. [1] – publ. Rosaluxembourg.de

Au moment où le virus COVID-19 a atteint l’Europe en janvier, les gouvernements des États membres de l’UE et la Commission européenne avaient été avertis, mais avaient négligé de prendre des mesures préventives contre sa propagation. L’Italie et l’Espagne, dont les systèmes de santé ont été émaciés par des décennies de politiques d’austérité, ont été les plus tragiquement touchées et laissées à elles-mêmes. Au lieu de fournir une assistance immédiate, les ministres des finances des pays de l’UE ont accordé une suspension temporaire du pacte budgétaire – une solution temporaire à un problème qui aurait été moins grave en premier lieu sans le pacte budgétaire.

Walter Baier travaille en tant que coordinateur de la transformation du réseau de recherche l’europe . L’aricle a été initialement publié dans  transform! l’europe .

L’accord de Schengen n’existe plus, non pas à la suite d’une décision prise collectivement de fermer provisoirement les frontières, mais à cause des décisions individuelles et non coordonnées prises par les gouvernements européens. Début mars, l’Allemagne a même bloqué l’exportation de matériel médical de protection,qui a non seulement tourné en dérision la solidarité européenne, mais violé des règles du marché intérieur par ailleurs sacro-saintes. Quod licet Iovi …

La crise des coronavirus a révélé la contradiction flagrante des traités de l’UE attribuant la politique sociale et de santé aux États membres tout en contraignant leurs bases financières à travers la législation de l’UE, principalement le pacte de croissance et de stabilité. Il est douteux que les dommages que cela a causés au prestige de l’UE, en particulier dans les États les plus touchés par l’épidémie, puissent être réparés.

La crise existentielle dans laquelle l’UE se trouve aujourd’hui révèle sans pitié ses défauts structurels: une hiérarchisation erronée des traités européens – dont la préoccupation principale n’est pas le bien-être des populations mais le fonctionnement sans entraves des marchés – et la répartition erronée des compétences entre les institutions de l’UE, qui substitue le principe de la formation démocratique et parlementaire de la volonté aux niveaux national et européen par une interaction non transparente entre les gouvernements et la bureaucratie de l’UE.

Nous nous trouvons au début d’une crise économique dont l’ampleur et la durée ne sont pas sûres. Des économistes réputés avertissent cependant qu’il pourrait s’agir de la plus grande crise économique que le capitalisme ait jamais connue en temps de paix. Il est raisonnable de penser que l’UE, avec sa gouvernance économique et la doctrine économique néolibérale dominante du côté de l’offre, est mal préparée à protéger les Européens des effets de la crise. Ce qui aurait dû être l’heure de la solidarité européenne menace de devenir «une nuit de Walpurgis sur la montagne nationaliste chauve» [2] – un moment pour la droite radicale, qui tente déjà de capitaliser sur la crise en intensifiant son discours agressif.

Cependant, l’idée nationaliste selon laquelle une crise de dimension mondiale peut être résolue par des nations rivalisant pour des ressources rares est totalement irrationnelle, surtout pour les petits et moyens États. Plus l’absurdité de la vision nationaliste devient évidente, plus la tendance vers des modes de gouvernement autoritaires sera grande. Le chemin de la démocratie non libérale à la dictature peut maintenant s’avérer court.

L’état d’urgence actuel, avec ses restrictions de liberté médicalement recommandées, prépare un terrain psychologique favorable à ce changement. On assiste déjà aujourd’hui à un contrecoup politique et culturel qui s’exprime par l’augmentation de la violence domestique et le déplacement des femmes du discours public, paradoxalement à une époque où le travail de soins et de reproduction, aujourd’hui majoritairement réalisé par des femmes, est prouvant son importance systémique.

Nous devons faire face à la gravité de la situation. Le capitalisme se heurte à ses limites systémiques. Mais pour que cette déclaration serve à autre chose que l’affirmation de soi idéologique, nous avons besoin d’un débat sur les alternatives dont les Européens disposent désormais et pour ouvrir la voie à un nouveau mode de production et de culture. Ces derniers mois nous ont rappelé que l’équilibre des forces à l’intérieur des États nationaux est toujours déterminant. Mais ils ont également démontré le caractère tragique et périlleux du désir de solidarité européenne. En tant que réseau transnational et européen, nous devons affronter cet aspect du débat et ses conséquences potentielles pour l’intégration européenne.

II.

Le verrouillage sera suivi d’une récession mondiale. Ce que l’on ne sait pas, c’est si cela conduira à une dépression de plus longue durée. Malgré le nombre de victimes qu’elle a revendiquées, la dernière crise financière n’a pas conduit à l’effondrement du capitalisme; au contraire, le 1 pour cent le plus riche de la population mondiale a pu pousser ses niveaux de richesse à un niveau insoupçonné et, via les marchés financiers, il a désormais les populations et les États plus fermement à sa portée que jamais. La récession actuelle, en revanche, n’a pas été déclenchée par l’effondrement du secteur financier hypertrophique mais par une brusque rupture de l’offre et de la demande des économies réelles.

En théorie, on pourrait imaginer un redémarrage des économies nationales après la fin de la phase aiguë de la pandémie et un retour rapide à la normalité. Ce qui contredit cela, c’est le fait que l’économie réelle, accablée par les tensions géopolitiques, était déjà en récession avant la pandémie. Les tentatives des banques centrales d’utiliser une politique monétaire expansive pour stimuler les investissements et les économies réelles se sont révélées inefficaces de manière durable. Mais surtout, au regard de la digitalisation et de la crise environnementale, les économies capitalistes sont au seuil d’une transformation globale qui nécessite des stratégies autres que celles contenues dans les manuels d’économie néoclassique. Il est donc très douteux qu’il y aura un retour au statu quo ante .

Pendant ce temps, les taux de chômage ont atteint des sommets spectaculaires. Selon l’OIT, 2,7 milliards de travailleurs ont été touchés par des mesures de verrouillage partielles ou complètes dans le monde. La bombe à retardement sociale créée par les millions de relations de travail temporaires non protégées par la législation du travail et les droits sociaux risque d’exploser. Pour prévenir les effets sociaux et économiques immédiats du blocage, les gouvernements ont adopté des programmes spéciaux d’une ampleur inouïe. Par exemple, le gouvernement allemand contracte des dettes pour financer un ensemble de mesures décrété fin mars, représentant 10% du PIB. Ce sont des décisions correctes. La question est de savoir si elles suffisent. Les économistes s’attendent à une augmentation du niveau d’endettement par rapport au PIB des membres de l’Eurogroupe de 10 à 15 points de pourcentage.

Dans cet activisme de politique budgétaire des États, les règles des traités de l’UE sur les aides d’État et le pacte de croissance et de stabilité ont été supprimées du jour au lendemain. Si la Commission européenne s’est bornée à légitimer ex post les décisions prises par les États, la Banque centrale européenne a en revanche au moins agi en se déclarant prête à acheter des obligations d’État d’une valeur totale de 750 milliards d’euros.Cela peut fournir un soulagement temporaire. Cependant, grâce à de nouveaux niveaux d’endettement exorbitants, les pays deviendront encore plus dépendants du capital financier, qui exige un tribut sous forme d’intérêts; malgré les faibles taux proposés, ceux-ci mettront à rude épreuve les différents États. Ainsi, sans une grosse coupe de cheveux, la crise actuelle des coronavirus ouvre la voie à la crise de la dette publique et à la politique d’austérité de demain.

Les effets de l’accumulation de dettes toucheront les pays de diverses manières, car les taux d’intérêt donnent un avantage aux États financièrement puissants et discriminent les plus faibles. Ainsi, l’endettement aggravera encore les inégalités entre les régions désindustrialisées d’Europe du Sud et de l’Est et les centres de pouvoir économique de l’UE. Pourtant, certaines choses importantes restent imprévisibles. La transformation structurelle économique modifiera la position des industries, des régions et des États au sein de la concurrence capitaliste et changera leur poids financier, également exprimé dans le niveau d’intérêt, et ajoutera de nouvelles contradictions et rivalités à la faille Est / Ouest, Nord / Sud déjà existante qui peuvent même affecter le cœur de l’intégration européenne.

Neuf gouvernements – dont la France, l’Italie et l’Espagne – ont exigé l’émission d’euro-obligations afin de mutualiser les coûts de gestion de crise. Yanis Varoufakis a déclaré qu’un billion d’euros est la somme qui doit être levée par ces obligations. Par le biais des euro-obligations, la solidité financière commune des membres de l’Eurogroupe serait déployée pour créer des prêts à faible taux d’intérêt, les mettant à la disposition des États proportionnellement à leur impact sur la pandémie et la récession économique qui s’ensuit. Le rejet brusque de la proposition de la part du gouvernement allemand jette une ombre sombre sur l’avenir de l’intégration européenne dans l’ère post-corona. Donc, si les ministres des finances de l’Eurogroupe ne parviennent pas à s’entendre sur les euro-obligations proposées en raison de l’objection d’un groupe de pays, pourquoi ne devrait-il pas y avoir une coalition de gouvernements disposés – y compris la France,

Les euro-obligations pourraient apporter un soulagement, mais le problème général des niveaux d’endettement élevés des États et de leur effet négatif sur la répartition des ressources matérielles et politiques entre les États et les classes persistera, à moins d’une décote radicale de la dette européenne et d’un changement dans la distribution des ressources et des revenus est atteint. En outre, toute reconstruction économique après la fin de la phase aiguë de la pandémie, qui doit être liée à la transformation écologique de la base industrielle et énergétique des économies, exigera des investissements sans précédent. Le financement de la dette privée et publique, qui croît à nouveau de façon exorbitante pendant la crise, deviendra donc le problème clé de la période post-corona. Trouver une réponse à cette question est la tâche la plus importante à laquelle la gauche doit désormais faire face.

Le financement de la dette publique par l’inflation rencontrerait une opposition politique féroce dans certains des États membres de l’UE. Les alternatives sont alors soit de décharger les charges sur les populations à travers des programmes d’austérité et de privatisation, comme lors de la dernière crise, soit de faire supporter aux propriétaires de grandes richesses, qui détiennent la part du lion des prêts, la charge des budgets publics eux-mêmes par l’endettement pardon, des prélèvements sur le capital confiscatoires et une taxe sur les plus-values.

Pour mener à bien une telle politique, elle doit s’accompagner d’imposer des contrôles des capitaux et de garantir les créances sur les fonds de pension et d’assurance maladie capitalisés. Cela devrait être accompli par la prise de contrôle de ces fonds par le secteur public, qui doit être promulguée par les États membres, mais soutenue et coordonnée au niveau supranational. Dans les mois à venir, même les économistes traditionnels ne se lasseront pas de nous assurer qu’ils n’ont jamais été néolibéraux. La gauche peut construire à partir des fissures que la crise du discours public a ouvertes. Cependant, nous avons appris de la dernière crise financière que cette fenêtre d’opportunité ne restera ouverte que jusqu’à ce qu’un consensus se forme au sein des classes dirigeantes, principalement des grands pays européens, sur la manière de gérer la crise. Par conséquent, nous ne devons pas nous limiter à devenir simplement l’aile gauche du courant dominant libéral. Il ne s’agit pas d’un concours doctrinal. La crise pose la question de l’hégémonie concernant les intérêts sociaux qui devraient être cruciaux pour y faire face.

Bien que temporairement évincé du discours public, le défi historique posé par la crise écologique demeure. Une alternative dans l’intérêt de la majorité des populations doit lier la solution de cette crise aiguë à la transformation socio-écologique. Le critère décisif n’est pas de parvenir à un accord entre les grands cercles sur les objectifs généraux – cela existe déjà – mais sur les outils nécessaires à leur mise en œuvre. Il s’agit des institutions et de l’équilibre des pouvoirs entre les classes. Nous devons avoir le courage de parler de manière offensive et bien en vue d’un nouveau rôle pour les États, de la propriété, de la socialisation du secteur financier, du contrôle des capitaux, de la démocratie économique et du renforcement des personnes à charge.au niveau des entreprises, des municipalités, des pays et de l’UE. C’est la seule manière dont nous pouvons profiter des opportunités d’élargir l’espace social pour une nouvelle hégémonie.

III.

L’importance de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE ne peut être sous-estimée. Il ne disparaîtra pas de l’agenda européen. Le Brexit ne changera pas seulement la vie des 3,5 millions de citoyens de l’UE au Royaume-Uni et des 1,2 million de citoyens britanniques vivant dans les États membres de l’UE, mais de l’UE dans son ensemble.

La perte des cotisations du Royaume-Uni a rendu plus évident que jamais l’écart entre les exigences imposées au budget de l’UE et son niveau déjà affreusement bas et a jusqu’à présent empêché le Conseil de l’UE de parvenir à un accord sur le financement à moyen terme. Cadres (2021-2027). Le Royaume-Uni est la troisième économie nationale de l’UE et l’une des cinq puissances nucléaires «officielles» détenant un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Le fait queil a mené des négociations parallèles sur un accord de libre-échange de grande envergure avec les États-Unis qui définit la dimension géopolitique du Brexit. Étant donné l’accent mis sur les échanges et la concurrence par l’UE dans les négociations, il semble que ces dernières ne soient pas suffisamment prises en compte.

La Commission européenne compte avec arrogance sur la dépendance économique du Royaume-Uni à l’égard de l’UE qui l’emporte largement sur la dépendance de l’UE à l’égard du Royaume-Uni. Mais cela ne nous dit rien à lui seul sur la véritable force de négociation de la Commission. Derrière le mandat que le Conseil a confié à la Commission, il existe des intérêts conflictuels considérables entre les États membres.

La partie britannique a également un gros problème; il est intéressé par l’accès continu et sans entrave des sociétés de services financiers britanniques au marché de l’UE. Cela impliquera des concessions au détriment d’autres secteurs en Grande-Bretagne, par exemple la pêche, qui ne seront pas faciles à réaliser. En outre, la sortie de l’UE aggrave les tendances à la désintégration au Royaume-Uni, l’Écosse envisageant sérieusement de tenir un référendum sur son indépendance, puis, selon les résultats, de rejoindre l’UE, ce qui alimentera les tendances séparatistes existantes dans d’autres pays. certaines parties de l’Europe. Dans le même temps, le danger d’une reprise des hostilités en Irlande du Nord ne peut être sous-estimé, car il n’est pas impossible que le Brexit puisse même mettre en danger l’accord du Vendredi Saint.

Suivant une logique néolibérale, le gouvernement britannique préférerait un accord avec l’UE similaire aux accords de libre-échange et de protection des investissements entre l’UE et le Canada (CETA) et l’UE et le Japon (JEFTA).

En revanche, compte tenu de la proximité géographique et des interconnexions économiques intensives, la Commission européenne exige des garanties de conditions de concurrence équitables et fait pression pour un traité qui va plus loin qu’un accord conventionnel de libre-échange et de protection des investissements. Ses objectifs dans tout partenariat futur, dit-il, sont d’établir un développement durable et la protection du climat, et de fixer des normes sociales et du droit du travail élevées. Bien que la protection des droits des travailleurs et de l’environnement dans certains États membres de l’UE soit loin d’être satisfaisante, la gauche et les syndicats ne peuvent que soutenir de manière critique cette intention.

La Confédération européenne des syndicats essaie d’interpréter les «règles du jeu équitables» comme un engagement en faveur des droits des travailleurs qui «doit prévoir une clause de non-régression». Dans son manifeste de novembre 2019pour les élections législatives, le parti travailliste a évité cet exercice sémantique et a exigé un «alignement dynamique sur les droits des travailleurs, les droits des consommateurs et la protection de l’environnement afin que les normes britanniques suivent au minimum le rythme à travers l’Europe […]». Avec l’argument d’un niveau Sur un pied d’égalité, l’UE veut tenir le Royaume-Uni non seulement aux normes sociales et écologiques, mais aussi au respect continu des décisions juridiques de l’UE concernant les aides d’État et la politique fiscale. Cela est logique du point de vue de la politique de concurrence. Cependant, les internationalistes ne peuvent soutenir le fait de forcer le Royaume-Uni à se conformer à une politique à laquelle nous nous opposons nous-mêmes au sein de l’UE.

Cela est lié à la question des mécanismes de règlement des différends à créer. La Commission européenne souhaite limiter le règlement des différends aux questions de concurrence. Cela est incompatible avec l’affirmation selon laquelle les normes de législation écologique, sociale et du travail sont au centre de sa stratégie de négociation. En outre, la Commission veut établir que dans les litiges concernant des questions soumises au droit de l’UE, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) est l’arbitre final. Cela semble raisonnable d’un point de vue abstrait de l’état de droit. Il en va de même pour la position du gouvernement britannique de rejeter l’extension de la juridiction de l’UE à son propre territoire. Est-ce l’État de droit contre l’État de droit? La gauche des deux côtés de la Manche pourrait-elle être séparée par une adhésion inconditionnelle à leur état de droit national et à celui de l’UE?

La CJUE n’est cependant pas une institution sacro-sainte. Dans certains de ses jugements les plus marquants, il s’est approprié une interprétation radicalement marchande des quatre libertés du marché intérieur, les traitant comme le droit de l’UE à appliquer directement ci-dessus, et en contradiction avec la législation nationale du travail et sociale (voir les décisions de la CJUE sur Viking Laval , Rüffert et Commission contre Luxembourg en 2007 et 2008). Attribuer à la CJUE un rôle déterminant dans les relations entre l’UE et le Royaume-Uni risque de combiner le pire des deux mondes, ouvrant la voie à une radicalisation du parti pris néolibéral de l’intégration européenne par la jurisprudence.

La gauche doit poursuivre une approche alternative. D’une part, il doit présenter des revendications pour l’intégration de la protection des consommateurs et des normes écologiques ainsi que de la législation sociale et du travail dans le règlement des différends. D’autre part, un mécanisme doit être créé – sur le modèle des tribunaux du travail et sociaux autrichiens, par exemple – qui intègre également la représentation des intérêts des deux «partenaires sociaux» dans le règlement des différends.

La gauche est certainement en faveur d’un accord juste et équitable entre le Royaume-Uni et l’UE. Il n’est pas certain que les négociations aboutiront. S’ils s’effondrent au milieu d’accusations mutuelles, cela stimulera les nationalistes des deux côtés. La gauche devrait, si nécessaire et si les gauches britannique et irlandaise sont d’accord, proposer une prolongation de l’accord intérimaire.

Le traité sur le partenariat entre le Royaume-Uni et l’UE, chaque fois qu’il est établi, doit être ratifié par le Conseil européen, le Parlement européen et le Parlement britannique. Il est possible que sa ratification par les parlements nationaux des États membres de l’UE soit également requise. Le processus pourrait s’étendre jusqu’en 2021 et au-delà. En tout état de cause, il poursuivra simultanément la discussion sur l’avenir de l’UE annoncée par la Commission européenne.

IV.

Fin 2019, la Commission européenne et le Parlement européen ont annoncé leur promesse de tenir une conférence sur l’avenir de l’Europe impliquant la participation des citoyens .

La crise d’intégration occupe la politique européenne depuis la crise financière. En 2017, la Commission européenne a publié le Livre blanc sur l’avenir de l’Europe . Quelqu’un se souvient-il des cinq scénarios, qui reviennent essentiellement à décrire une nouvelle Europe sans changer l’ancienne? En septembre de la même année, à la Sorbonne, le président français Emmanuel Macron a annoncé dans un discours-programmel’Initiative pour l’Europe, qui appelait à la suppression du chômage, à la transformation écologique, à une taxe sur les transactions financières, à une taxe numérique, à la mise en place d’un taux de richesse fiscale minimum, à la «convergence» des normes sociales, à une nette augmentation du budget de l’UE et la démocratisation des institutions de l’UE. Macron n’a omis aucun des déficits de l’UE en appelant à une «refondation de l’Europe»! Pourtant, un peu plus tard, lorsque les chefs des gouvernements allemand et français se sont rencontrés à Paris pour le 55 e anniversaire du traité de l’Élysée pour l’amitié entre la France et l’Allemagne, le discours de clôture ne contenait rien des propositions de Macron. Le débat était déjà au point mort avant les élections au Parlement européen.

Les «projets phares» sur lesquels les États membres ont pu parvenir à un accord étaient les programmes d’armement et l’expansion de Frontex – l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes. Les dépenses militaires et la défense contre les réfugiés sont apparemment toujours possibles, tandis que l’achèvement de l’union bancaire, ce qui implique une obligation financière de la part des grandes banques de financer une assurance européenne des dépôts,est mis en attente. Cette année également, par son ampleur et son mode de financement, le Green Deal européen a déçu, à travers lequel la Commission Von der Leyen entendait réagir à la crise climatique.

L’échec de l’UE en matière de politique sociale et climatique ne devrait pas être surprenant, car l’intégration des États capitalistes dans une seule union ne peut se produire que principalement par le biais de marchés qui ne ressentent pas les besoins de la société. Les jalons de l’UE – les traités de Rome, l’Acte unique européen, le traité de Maastricht et le traité de Lisbonne – n’ont cessé d’approfondir le caractère de l’économie de marché de l’UE. Et, contrairement à son geste innovant évoqué dans son discours d’ouverture à la Sorbonne, même Emmanuel Macron a qualifié le marché intérieur de «véritable âme de l’Europe».

Cependant, l’intégration via les marchés a été, dès le début, opposée à une contre-tendance sociale basée sur la priorité donnée aux décisions politiques planifiées prises par les institutions européennes – soutenues également par la partie de la gauche qui a choisi la voie démocratique pour stratégie du socialisme avec tous ses changements et ruptures structurelles au niveau national et européen – pour ancrer l’économie dans les objectifs politiques au moyen des institutions étatiques et supranationales. En effet, l’histoire de l’intégration européenne est constituée par le choc de ces deux tendances.

La Communauté européenne du charbon et de l’acier a été fondée en 1951, en remplacement de l’Autorité internationale de la Ruhr, qui, après la guerre, avait placé l’industrie lourde de l’Allemagne de l’Ouest sous contrôle allié. Parallèlement au commerce des produits de l’industrie lourde sans barrières douanières, une Haute Autorité a été créée avec de vastes pouvoirs dirigistes.

Le conflit «politique-marché» a atteint son apogée en 1984 lorsque le premier Parlement européen directement élu a accepté le projet de traité instituant l’Union européenne rédigé sous la direction d’Altiero Spinelli. Il prévoyait la subordination de l’économie de marché européenne à des objectifs sociaux, explicitement désignés comme le plein emploi, l’élimination des inégalités, la protection de l’environnement et le progrès culturel. En outre, l’initiative visant à façonner et à développer davantage l’Union devait être transférée au Parlement européen – sans restreindre les droits des parlements nationaux.

Ce qui a suivi était complètement différent des aspirations de Spinelli. En 1985, les chefs d’État et de gouvernement ont adopté l’Acte unique européen, qui s’est fixé pour objectif de réaliser rapidement un marché intérieur européen global, ce qui a marqué la victoire de la tendance de l’économie de marché. Lorsque les chefs d’État et de gouvernement se sont réunis pour le sommet de 1992 à Maastricht, une fois que la situation de l’économie mondiale et de la géopolitique avait fondamentalement changé à la suite des événements historiques de 1989 et de l’instauration du néolibéralisme, ils étaient confiants de mener à bien cette victoire grâce à la création de une union économique et monétaire avec le désormais célèbre critère de «convergence».

Le conflit a de nouveau éclaté en 2005 lorsque les chefs d’État ont présenté leur nouvelle construction, un projet de traité établissant une Constitution pour l’Europe, pour ratification par les populations de tous les États membres, et ont été repoussés dans trois pays. Le fait que la constitution ratée ait été adoptée par une conférence intergouvernementale deux ans plus tard alors que le traité de Lisbonne – contournant la ratification populaire – n’a certainement rien fait pour améliorer la position de l’UE.

Le point culminant le plus récent de la bataille entre le marché et la démocratie est survenu en 2015 lorsque Syriza, arrivé au gouvernement en Grèce, a cherché à sortir de la camisole de force de la politique d’austérité néolibérale. La dureté avec laquelle la tentative de trouver un autre moyen de sortir de la crise a été annulée par les créanciers, et la brutalité des programmes d’austérité qui y ont été imposés – beaucoup plus durement que ceux imposés à l’Irlande et au Portugal – ont horrifié de nombreuses personnes à travers l’Europe; mais il a également réanimé les différences d’attitude envers l’UE qui ont toujours existé au sein de la gauche radicale .

La gauche de l’Europe, avec les gauches de chaque pays, doit se poser la question de l’ampleur et de la forme d’un certain type de coopération ou d’intégration européenne, différente de celle de l’UE actuelle, qu’elle juge appropriée pour affronter le capitalisme contemporain. Les réponses varieront selon que l’accent est mis sur l’Europe dans son ensemble ou sur les différents États, et en fonction de la situation de chaque pays.

En outre, la sortie du Royaume-Uni de l’UE nous rappelle une fois de plus que le paneuropéanisme ne peut pas être défini par les frontières de l’UE actuelle. Le droit des pays de quitter l’Union européenne ou la zone euro est incontestable. Malgré la croissance des tendances à la désintégration, une rupture désordonnée de l’UE dans ses 27 composantes ou plus, au moins dans des conditions de paix, est un scénario plutôt improbable. Plus plausible serait une réémergence de vieilles lignes de conflit en Europe entre un bloc d’Europe centrale sous l’égide de l’Allemagne et un bloc du Sud et de l’Ouest dirigé par la France. Il est douteux que ce nouveau type d’ordre puisse conduire à des relations sociales et politiques plus stables.

C’est un fait que, dans de nombreux pays, la désillusion de longue date à l’égard de l’Union européenne s’est transformée en une conviction qu’elle ne peut être réformée. Nous ne pouvons ignorer ce changement d’humeur, ni tenter par voie de compromis de masquer les différences de perception de l’UE, car il constitue un point de départ pour le débat stratégique qui doit désormais avoir lieu.

Si la tâche stratégique est de récupérer la souveraineté des peuples – non pas pour les opposer, mais ensemble face aux marchés financiers -, l’autodétermination démocratique des populations nationales et leur contrôle de leurs États doivent être défendus. . Cela implique le droit de tout gouvernement progressiste de désobéir aux règles qui entravent le bien-être de leurs États et sociétés. Nous devons donc exiger que le pacte de croissance et de stabilité, inactivé pendant la crise des coronavirus, ne revienne pas après la fin de la crise, mais soit abrogé. À sa place, les instruments financiers de l’UE – la BCE, la Banque européenne d’investissement et le mécanisme européen de stabilité – doivent être disponibles pour financer des programmes nationaux de reconstruction des systèmes de santé et sociaux et, au-delà,

Le renforcement des infrastructures sociales, la reconstruction et la transformation écologique des industries européennes, l’élimination des disparités régionales et la construction de réseaux énergétiques et de transports efficaces grâce à la mobilisation des capacités financières nécessaires dépassant le cadre du budget actuel de l’UE – tout cela nécessite coopération supranationale à long terme et résiliente. Si cela ne doit pas être laissé aux marchés, il faut également une coopération politique supranationale assez étroite. La gauche devrait construire un projet stratégique pour cette coopération. Aujourd’hui, l’UE est présente comme un étrange hybride: d’une part une zone de libre-échange avec un appareil bureaucratique, qui s’est avéré incapable d’agir pendant la crise, d’autre part un parlement qui n’a pas le pouvoir de gérer le marché et bureaucratie.

Cela conduit à la question du leadership politique. La gauche européenne doit également être active sur la scène politique européenne en tant que puissance qui revendique un leadership. Pour revendiquer un leadership politique, il faut mener une lutte pour l’expansion de la démocratie. L’argument des libéraux – selon lequel le déficit de la démocratie européenne consiste en l’absence d’une opinion publique européenne – est faible. Il est plus juste de dire que la société civile européenne, les syndicats et les mouvements sociaux n’ont que des capacités limitées pour influencer la politique européenne, dont le facteur décisif – en dehors des caractéristiques structurelles néolibérales et non démocratiques de l’UE – dépend toujours sur la hiérarchie de ses Etats membres déterminée par leur poids économique et politique relatif.

Il est en quelque sorte trivial de dire que les bases de pouvoir essentielles de la gauche sont situées dans les États-nations. Les protéger de la tendance destructrice de l’économie de marché incontrôlée est stratégiquement nécessaire dans tous les cas. Il est donc crucial de souligner que dans tous les systèmes imaginables de coopération / intégration européenne, les États continuent d’être des pouvoirs économiques et politiques à part entière et le restent dans un avenir prévisible; cela doit trouver son expression dans un système transparent et efficace de juridictions définies et de freins et contrepoids entre eux et l’Union.

Cependant, étant donné que les développements politiques dans les différents États se déroulent à des rythmes différents et influencent les développements européens à différents degrés, le poids excessif des gouvernements nationaux dans la politique européenne agit comme un filtre qui entrave les changements sociaux. Cela crée l’impasse dans laquelle nous nous trouvons. La seule façon de sortir de l’impasse est par la diffusion de la démocratie à tous les niveaux de la prise de décision, ce qui signifie que c’est aussi au niveau européen que des parties diverses et antagonistes doivent rivaliser pour exercer une influence, coopérer ou s’affronter.

Une condition préalable dans le long processus vers la refondation d’une Europe construite sur une vision post-capitaliste est un parlement souverain et librement élu en interaction avec les syndicats, les mouvements sociaux, écologiques et civiques. Au lieu d’un Conseil européen composé de chefs d’État et de gouvernements, le Parlement européen doit devenir le centre de décision dans les affaires pour lesquelles l’UE est compétente. Dans ce document, le facteur clé serait l’intervention des partis politiques au niveau institutionnel européen. Le Parti de la gauche européenne devrait sérieusement envisager de plaider en faveur de leur revalorisation en leur demandant de se présenter aux élections du Parlement européen avec des listes européennes.

V.

La pandémie a clairement montré que les menaces les plus dangereuses qui pèsent sur les sociétés ne sont pas militaires mais sociales et écologiques, et cela est lentement compris par les peuples du monde entier. La gauche ne doit pas manquer le défi historique de présenter son plan stratégique pour une transformation sociale radicale. Dans ce cadre, si la récession attendue prend effectivement les dimensions que de nombreux experts prédisent, alors la gauche devrait proposer que les fonds destinés à une augmentation des budgets militaires soient réorientés par nécessité vers une expansion des services publics.

La protection contre les agressions militaires est en outre essentiellement une tâche politique consistant à renforcer le droit international et les structures de coopération. La création de nouvelles armes nucléaires de destruction massive à la suite de l’abrogation du traité INF par les États-Unis et la Russie, et l’expiration imminente du traité START, représentent un danger permanent pour l’Europe.

Les effets désastreux de la pandémie sur plusieurs États africains, à peine notés en Europe, démontrent que la question sociale opère au niveau mondial. Les mouvements migratoires de ces dernières années ont fait prendre conscience aux Européens que l’UE ne peut se soustraire à sa responsabilité mondiale qu’au prix d’une déshumanisation de ses relations internes.

Surtout en des temps tels que la crise sanitaire aiguë actuelle, le sort des dizaines de milliers de réfugiés détenus aux frontières extérieures de l’UE dans des conditions misérables ne doit pas être ignoré, car ils constituent l’un des groupes de personnes les plus vulnérables. La déclaration UE-Turquie de 2016 sur les migrations doit être annulée et remplacée par une politique qui met en œuvre le droit d’asile garanti par le Pacte des droits de l’homme des Nations unies.

La pandémie et la crise écologique mondiale nous rappellent que le projet de marché mondial du néolibéralisme a échoué en tant que modèle civilisationnel et a coûté des vies humaines non seulement dans les pays du Sud mais aussi dans les pays développés, y compris en Europe. Il est maintenant temps d’arrêter et d’annuler les accords néolibéraux de commerce et d’investissement que l’UE a conclus avec la plupart des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, et d’examiner de manière critique les dommages sociaux et écologiques qu’ils ont causés.

Nous devons penser à l’Union européenne réellement existante d’une nouvelle manière. L’UE n’est pas une entité européenne universelle et ne le sera pas dans un avenir prévisible. Elle ne peut donc revendiquer un monopole sur la question de la coopération / intégration de l’Europe, et pas seulement en raison de ses déficits. Il est trompeur de le considérer comme un État en constante expansion sur le modèle des États-Unis. Cela est d’autant plus vrai que, en raison de l’importance croissante de la Chine en tant que puissance mondiale, de nouvelles formes de coopération internationale ont été établies, par exemple les sommets Chine-Moyen-Orient-Europe (format 16 + 1) qui ont eu lieu depuis 2012 avec la participation de membres. et les non-membres de l’UE en dialogue avec les chefs d’État chinois.

La fin de la course aux armements et la gestion de la crise écologique nécessitent une coopération internationale à l’échelle mondiale, dans laquelle l’Europe doit redéfinir son rôle. Cela nécessite également la réanimation des forums européens qui, du point de vue du public, ont disparu derrière l’Union européenne: la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, le Conseil de l’Europe et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, auxquels tous les États du continent appartiennent. Elles doivent être considérées comme des formes de coopération / intégration, avec une importance non moins durable pour la sécurité sur le continent européen que la coopération / intégration économique et sociale dans le cadre de l’UE.


[1] En publiant cet article, le conseil de transformation! l’europe entend ouvrir un débat à l’intérieur et à l’extérieur du réseau. Notre effort n’est pas seulement de définir plus clairement notre propre stratégie mais aussi d’explorer les possibilités d’une coopération stratégique avec les syndicats, les partis progressistes et les fondations politiques en Europe et au niveau européen. À cet égard, nous pensons qu’il est nécessaire de renforcer à nouveau nos liens avec les mouvements sociaux, en particulier avec les mouvements féministes et écologiques qui ont émergé de manière impressionnante sur la scène politique ces dernières années.  

[2] Luxembourg, Rosa, «Fragment über Krieg, nationale Frage und Revolution», p. 367 f.

Dumping fiscal, honte éthique, ineptie sociale

https://www.levif.be/actualite/belgique/dumping-fiscal-honte-ethique-ineptie-sociale-gachis-economique/article-opinion-1293045.html

————————————————————–

Un impôt sur la fortune ? Pour la FGTB il est

temps que les choses changent !

Le Capital se met à trembler. La FGTB, la gauche et de plus en plus d’associations de terrain exigent la mise en place d’un impôt sur la fortune.

Durant cette crise, les pouvoirs publics ont été amenés à combler les trous budgétaires créés par la droite afin de financer une partie du programme de lutte contre la propagation du Coronavirus et de prendre les mesures sanitaires qui s’imposaient.

Cet argent emprunté devra un jour être remboursé. Pour la FGTB, il est inacceptable que les travailleurs paient le prix de cette gestion de la crise. Il est temps de mettre en place une réforme fiscale d’envergure qui soulage les épaules les plus fragiles en déplaçant l’essentiel de la charge sur les épaules les plus robustes. Ces larges épaules, ce sont celles des grosses fortunes quasiment pas ou très peu taxées en Belgique.

En effet, la fiscalité belge est plus qu’attractive pour les plus riches : pas d’impôt sur la fortune, droits de donation relativement faibles. Sans oublier les nombreux avantages pour les revenus du Capital : loyers non-imposés, taxation unique des revenus fonciers (sur base du revenu que produirait le bien en un an), plus-values sur actions non-imposés, …

Un système fiscal injuste !

Aujourd’hui, le système fiscal est marqué par une profonde injustice. Les contribuables aux reins les plus solides (grosses fortunes, gros actionnaires et grandes entreprises) ne paient pas ou trop peu d’impôts alors que les travailleurs qui n’ont pour seule source de revenus le fruit de leur travail, eux, passent à la caisse. En outre, ces contribuables usent et abusent de nombreux subterfuges et de malice pour éviter de participer cor­rectement aux mécanismes de solidarité en s’engouffrant dans les failles légales que le Gouvernement se garde bien de combler. Ceux-là mêmes qui refusent obstinément de contribuer normalement au vivre-ensemble, mais qui dans le même temps bénéficient des outils publics au même titre que l’ensemble des citoyens (crèches, écoles, hôpitaux, politiques de soins de santé, etc…).

Cette injustice, au lieu d’être combattue, a malheureusement été renforcée par des po­litiques fiscales socialement injustes. Le « tax-shift », mis en place par le Gouvernement Michel, a favorisé les plus nantis en accordant des réductions de cotisations patronales aux grandes entreprises, oubliant les allocataires sociaux et les bas revenus pour qui le tax-shift aura été synonyme d’une perte conséquente du pouvoir d’achat.

Le tax-shift a surtout été une opération visant à octroyer de nouveaux cadeaux aux entre­prises sur le dos des travailleurs et de la majorité des citoyens. Avec ce « glissement » fiscal, les travailleurs et les citoyens ont vu leurs factures augmenter et dans le même temps la compensation financière escomptée ne s’est pas montrée à la hauteur

Il est temps que les choses changent !

Comme l’indique l’économiste Thomas Piketty, depuis les années 70’, les politiques fiscales mises en œuvre en Belgique et en Europe favorisent l’accumulation de richesses. Ainsi, la progressivité de l’impôt, c’est-à-dire un impôt dont le taux est plus élevé pour les plus riches et moins élevé pour les plus faibles, a diminué favorisant les plus aisés. Pour la FGTB, il est essentiel de rétablir cette progressivité de l’impôt.

Des exemples inspirants : petit tour d’horizon  

La Belgique n’est pas le seul pays à songer à mettre à contribution les grosses fortunes. En effet, en Argentine, la gauche, a déposé une proposition de loi visant à instaurer un impôt exceptionnel sur les grandes fortunes. L’objectif de la proposition vise explicitement à financer une partie du programme de lutte contre le coronavirus, à acheter du matériel médical et de la nourriture pour les plus vulnérables.

En Europe certains pays ont déjà établi un impôt sur la fortune. La Suisse, l’Espagne ou encore la Norvège connaissent un système de mise à contribution des grosses fortunes. Jusqu’il y a peu, la France avait également un système d’impôt sur la fortune (ISF), pour lequel des voix toujours plus nombreuses s’élèvent et réclament son rétablissement.

Ce n’est pas tout !

Ce n’est pas tout ! En plus d’un impôt sur la fortune et le patrimoine, la FGTB a proposé une vaste réforme fiscale visant non pas à taxer plus mais à taxer mieux. A cet égard la FGTB propose un véritable glissement fiscal, un « social shift » :

  • La globalisation de l’impôt et l’égalité d’imposition ;
  • La transparence des sources de revenus via un « Global tax-on-web » ;
  • Un impôt sur les fortunes et sur le capital ;
  • Un impôt des personnes physiques (IPP) plus progressif et global ;
  • L’augmentation de la quotité exemptée pour les bas et moyens revenus ;
  • L’augmentation des tranches d’impôts pour les hauts revenus ;
  • Un moratoire sur l’octroi de nouveaux avantages en nature ;
  • L’introduction d’une cotisation sociale généralisée.

 

————————————————————————————–

La visite de Sophie Wilmès à l’hôpital Saint-Pierre: «Une prise d’image»

Les images de la haie de déshonneur faite à la Première ministre belge, Sophie Wilmès, lors de sa visite à l’hôpital Saint-Pierre ont fait le tour du monde. Y compris dans les pays du Sud, où elles réveillent d’autres images, et participent d’un registre commun de protestation, estime dans une carte blanche Frédéric Thomas

Par Frédéric Thomas (docteur en sciences politiques, chargé d’étude au CETRI – Centre tricontinental)

Le 21/05/2020 à 10:35

Le monde entier connaît maintenant l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles. Les images de la visite de la Première ministre belge, Sophie Wilmès, le samedi 16 mai 2020, traversant une haie de déshonneur – le personnel soignant, administratif et de nettoyage tournant le dos au fur et à mesure que sa voiture avance – ont fait le tour des pays du Sud : la séquence a circulé et été commentée de la Thaïlande au Mexique, en passant (notamment) par l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud.

Rapide tour d’horizon

S’appuyant sur les notes des agences de presse, la plupart des médias du Sud expliquent les causes du geste de protestation, en en donnant les raisons immédiates – le manque de moyens pour faire face à la crise sanitaire, les deux arrêtés royaux permettant la « réquisition » de personnel et de confier certains actes à du personnel non soignant – et plus structurelles – les politiques d’austérité et les coupes budgétaires dans la santé. L’impact particulièrement lourd du Covid-19 en Belgique est également évoqué, et tous signalent le caractère viral de la vidéo.

Une « puissante démonstration de protestation silencieuse » pour le Times of India, tandis que le Citizen d’Afrique du Sud titre : « Le personnel soignant snobe la Première ministre belge ». Mais c’est dans la presse latino-américaine que la manifestation a eu le plus d’écho. La Prensa libre au Guatemala parle d’une « protestation virale », la Razon au Chili met l’accent sur le « couloir du mépris et de la honte » formé par les médecins et infirmiers, alors qu’au Pérou, El Comercio y voit « un acte de rejet », et La Republica « un dur geste de mépris ». Et nombreux sont les journaux à reprendre le terme de « garde de déshonneur ».

LIRE AUSSILa colère froide des soignants dos à Sophie Wilmès

L’hebdomadaire colombien Semana synthétise bien le double caractère de la scène : « symbolique, mais forte ». Au-delà de son impact visuel, les médias latinos, africains et asiatiques relèvent, plus ou moins explicitement, que la manifestation démonte le code narratif divisant le monde entre un Nord, riche et efficace, et un Sud, pauvre et chaotique. Même si c’est de manière différente et selon une intensité variée, le Covid-19 frappe tous les pays, en mettant partout en évidence les défaillances des institutions et politiques publiques de santé.

D’une image à l’autre

Est-ce un hasard si le geste de protestation belge a été particulièrement relayé dans la presse mexicaine ? Celle-ci suggérant même ici ou là qu’un tel geste pourrait – devrait ? – se produire au Mexique. Mais c’est aussi que les images de ces femmes et hommes tournant le dos à la Première ministre font émerger des mémoires une autre photo, plus ancienne et tout aussi emblématique : celle de femmes indigènes, liées à l’Armée zapatiste de libération nationale (EZLN), tournant le dos à un convoi militaire, au Chiapas, au sud du Mexique.

Impossible bien sûr de ne pas souligner les différences de contextes. D’un côté des femmes, indigènes, appartenant à une insurrection, faisant face à des soldats d’un pouvoir autoritaire, dans une guerre de basse intensité. De l’autre, des travailleuses et travailleurs d’une démocratie représentative occidentale protestant contre l’austérité et des mesures particulières. Mais comment ne pas voir les correspondances ?

La « scénographie » de ces deux manifestations réalise un triple déplacement. Elle opère le renversement symbolique du pouvoir, affirmant la légitimité de celles et ceux « d’en bas », obligeant l’autorité à rendre compte et à se justifier. Elle met le curseur sur la soif de respect et sur l’affirmation d’une dignité (la « dignité rebelle » des zapatistes), en amont des choix et des calculs à faire. Enfin, elle cristallise le choc entre la fragilité et la « puérilité » d’une exigence éthique – geste « ridicule et enfantin » dénonçait ainsi une ministre belge –, d’un côté, le sérieux étatique et la prétention managériale, de l’autre.

LIRE AUSSIMarie-Christine Marghem réagit à la haie de déshonneur du personnel de Saint-Pierre: «Ridicule et politisée»

Aussi photogénique que soit la mise en scène, sa puissance renvoie à une charge éthique et à la sédimentation d’une force collective matérielle. Dans le prolongement de Georges Didi-Huberman, on peut parler d’une « prise d’image », qui croise et répercute une prise de conscience, de parole et de territoire (fut-ce symbolique). Se donne ainsi à voir et à entendre ce qui, auparavant, n’était ni vu ni entendu, ou recouvert d’images, de silences et de bruits. À l’encontre de la fiction libérale d’un espace de libre-échange des opinions, des places et des parts, les protagonistes affirment ici la nécessité de faire irruption pour pouvoir parler en leur nom, et réaliser leur propre montage des images.

En ce sens, la chorégraphie et le chant des féministes chiliennes, « El violador eres tu » (« Tu es le violeur »), reprises dans le monde entier, participe du même registre que la vidéo des travailleurs et, dans leur grande majorité, travailleuses de l’hôpital Saint-Pierre, et de la photo des femmes indigènes sur une route du Chiapas. Loin d’être seulement de « belles images », elles obligent à changer de regard, prélude à un changement social plus radical.

——————————————————————————–

Une trentaine de collectifs et d’organisations de Belgique francophone ont défini ensemble de grands objectifs, des priorités, … ; vous aurez le plaisir de trouver ici le résultat de ce travail auquel vous pouvez adhérer en remplissant un formulaire au bas de ce texte : 

http://www.gresea.be/Un-front-social-ecologique-et-democratique-pour-reinventer-l-avenir

Faites connaître ce texte autour de vous … !

—————————————————————————————

Le syndicat chrétien belge ACV-CSC relance l’idée d’un impôt sur la fortune :

————————————————————————————

Blackstone ou la puissance politique de la finance au coeur de la crise (Eva Joly – Alternatives Economiques)

https://www.alternatives-economiques.fr/eva-joly/blackstone-puissance-politique-de-finance-coeur-de-crise/00092696?utm_campaign=hebdo&utm_medium=email&utm_source=emailing&utm_content=200517

——————————————————————-

Travail : démocratiser, démarchandiser et dépolluer  (Collectif de signataires)

https://plus.lesoir.be/299599/article/2020-05-16/travail-democratiser-demarchandiser-et-depolluer

———————————————————————

Une bonne journée: le Parlement européen veut un fonds de reconstruction Corona solide et solidaire

Chers amis,

Chers intéressés,

Aujourd’hui, le Parlement européen a adopté une résolution vraiment remarquable et importante sur le prochain budget pluriannuel de l’UE et un fonds de reconstruction Corona avec une majorité inter-factions de pro-européens. C’est une bonne nouvelle pour l’Europe. Étant donné la crise profonde qui a frappé particulièrement durement certains pays comme l’Italie et l’Espagne, un programme commun est désormais nécessaire pour renforcer la cohésion européenne. Nous, les Verts, avons joué un rôle moteur dans les négociations et soutenons pleinement le résultat du compromis entre les groupes paneuropéens. La résolution appelle à un plan de reconstruction, qui est soutenu principalement par des fonds de l’UE et financé par des obligations à long terme et de nouveaux fonds propres de l’UE. 

Le programme de développement conjoint devrait également promouvoir l’accord vert et la numérisation en tant que priorité et être lié aux conditions écologiques, sociales et économiques. Avec les députés verts de la commission économique et budgétaire du Parlement européen, j’avais déjà présenté ma propre proposition de fonds de reconstruction solidaire et vert. Le résultat des négociations des pro-européens au Parlement européen contient de nombreux éléments de notre proposition verte. Tout cela est un grand succès!

Ce texte de résolution ferme est un signal clair pour un plan de solidarité et de reconstruction écologique dont l’Europe a tant besoin. Les mesures nationales précédentes ont mis le marché intérieur en difficulté car l’Allemagne peut soutenir son économie bien plus que tout autre pays. Dans le même temps, la crise corona dans les pays membres du sud et les plus faibles financièrement a fait beaucoup plus de victimes qu’en Europe du nord et du centre. Mais ce n’est qu’ensemble que nous pourrons empêcher la zone euro de s’effondrer et contrer la crise économique et le chômage déclenchés par Corona. L’Europe ne fonctionnera à long terme que si tout le monde peut sortir de cette crise et qu’aucun pays ne perd sa prospérité et ne doit faire face à l’escalade de la pauvreté. Un fonds de reconstruction,

Le Parlement européen montre ici sa force: des positions courageuses au sens du bien commun européen. La résolution met explicitement en garde la Commission contre l’alchimie financière avec des effets multiplicateurs supposés importants sur les garanties de l’UE pour les prêts à l’investissement, tels que ceux créés par le Fonds Juncker en tant que faux géant. Il s’agit également d’empêcher la dette des États membres gravement touchés de continuer à augmenter pendant la crise. 

La résolution a été adoptée par 505 voix pour, 119 contre et 69 abstentions. Nous, les Verts et le SPD, avons voté à l’unanimité la résolution. Une large majorité au sein de la CDU / CSU a également voté en faveur du texte de la résolution. Les députés européens au Parlement européen adoptent donc une position nettement plus progressiste et solidaire que leurs collègues du Bundestag. Néanmoins, nous regrettons que tous les membres de l’Union n’aient pas voté pour ce bon texte. Le FDP et l’AfD ont voté contre la résolution. Cela a fait d’elle une minorité dans son groupe parlementaire libéral au Parlement européen. La gauche allemande s’est abstenue, mais elle n’a pas été incluse dans les négociations sur le texte de la résolution. Eurodéputés de Suède, Les Pays-Bas et le Danemark ont ​​voté dans les groupes libéral et démocrate-chrétien avec les opposants européens contre la résolution. Au Parlement européen, vous ne trouverez pas de majorité avec cette position. 

L’alliance pro-européenne s’est tenue et a soutenu le texte de résolution présenté conjointement. Cela rend la situation au Parlement européen beaucoup plus encourageante qu’au Conseil des États membres, où chaque pays a jusqu’à présent bloqué un fonds de reconstruction solide et étendu avec sa position. Cette divergence entre la démocratie européenne et le mode intergouvernemental est claire: nous avons finalement besoin d’une république européenne. Il n’est pas démocratique que de petites minorités puissent continuer à bloquer ce qui est nécessaire à la grande majorité en Europe. Mais tant qu’il n’y aura pas de vent arrière pour une démocratie européenne renforcée, nous avons besoin d’au moins une chose: un gouvernement fédéral allemand qui contribue à une Europe forte avec des propositions pro-européennes audacieuses avec d’autres pays membres,

Dans le même temps, l’Eurogroupe se réunit à nouveau aujourd’hui pour discuter des orientations de base du programme de crédit de la Banque européenne d’investissement et de la réassurance chômage européenne temporaire (SURE). Au lieu de célébrer régulièrement des mesures déjà adoptées, les ministres des finances devraient enfin consacrer tous leurs efforts au Fonds européen pour la reconstruction. Bien que cela soit à l’ordre du jour pour discussion, aucune décision n’est attendue. Les ministres des finances ont transmis cette question aux chefs d’État et de gouvernement en avril, qui ont à leur tour demandé une proposition à la Commission européenne. La proposition de la Commission est toujours en attente. 

La Commission et les États membres devraient prendre la décision d’aujourd’hui du Parlement européen comme exemple. L’Europe a désormais besoin d’un moyen ambitieux et écologiquement durable de sortir de la crise. Une réponse européenne «trop tard et trop peu» comme lors de la dernière crise constituerait une grave menace pour l’avenir de l’Europe.

Avec de joyeuses salutations européennes

Sven Giegold

PS: Bien que nous dépensions à juste titre l’argent du gouvernement dans la crise corona, nous ne devons pas perdre de vue le côté des revenus. Il est temps pour une politique de tolérance zéro en Europe pour le dumping fiscal et le blanchiment d’argent. Par conséquent, je fais campagne pour que les entreprises qui trompent l’impôt ne reçoivent pas d’aides d’État dans la crise de Corona. Veuillez signer et faire circuler ma pétition: ici

—–

Résolutions du Parlement européen sur le cadre financier pluriannuel de l’UE et le fonds de reconstruction (Corona Recovery Fund): https://sven-giegold.de/wp-content/uploads/2020/05/Resolution-on-the-New-MFF-Own- Resources-and-the-Recovery-1.docx

Lien vers la documentation de vote (votes par appel nominal): https://sven-giegold.de/wp-content/uploads/2020/05/RCV-MFF-resolution.docx 

Lien vers la proposition verte de fonds de reconstruction dans le budget de l’UE https://sven-giegold.de/wp-content/uploads/2020/05/Recovery-fund-with-the-MFF-GREENSEFA-proposal.pdf

————————————————————————————-

Les ménages pauvres et en perte de revenus sont aussi l’économie !  A moitié en surface avant la crise, le covid les noie !

 Le RWLP demande au gouvernement fédéral de décider d’une aide financière mensuelle directement versée aux ménages, durant la crise Covid-19, avec effet rétroactif.

Ce virus fantôme avec ses conséquences graves s’abat sur un terreau d’inégalités préexistantes ! Il était inévitable  que les mesures sanitaires dont le confinement, indispensables, s’appliquent inégalement suivant les situations de vie des ménages, et conduisent certains vers des difficultés très aiguës.

Pour le quart de la population wallonne, plus encore à Bruxelles et moins, mais toujours beaucoup trop en Flandre, en incapacité de faire face à des dépenses imprévues avant la naissance de la crise, pour les ménages en perte de revenus du fait de la suspension ou la perte d’un travail rémunéré officiel ou « de compléments » de subsistance, pour les personnes subissant l’explosion de frais (alimentaires, téléphoniques, de santé, psychologiques, ou qui verront bientôt leurs factures de régularisation d’eau, de chauffage, d’électricité gravement grever leur budget) alors qu’elles disposaient déjà de trop peu de moyens pour vivre, la crise sociale n’est pas à craindre, elle est grave tout de suite !  Elle enfonce dans les détresses matérielles et morales[1].

Sur base d’un principe de confiance, le gouvernement fédéral soutient financièrement directement les entreprises et les indépendants pour éviter le crash économique. Les ménages pauvres et en perte de revenus sont aussi l’économie. Une allocation COVID19, un soutien financier mensuel directement versé aux ménages le temps de la crise et avec effet rétroactif, maintenant !

[1] https://www.plan.be/press/communique-1986-fr-covid+19+et+bien+etre+quels+sont+les+groupes+vulnerables+

http://www.rwlp.be/images/CommuniqudePresseGEES.pdf

http://www.rwlp.be/images/Sant-mentale-groupe-de-travail-GEES-note-RWLP.pdf

Pour participer à la campagne vous pouvez :

  • Témoigner des difficultés financières, des pertes de revenus qui ont émergé au sein de votre ménage suite à la crise covid-19, sur le  groupe Facebook « Perte de revenus : crise sanitaire/crise sociale pour une allocation covid-19 ».
  • Envoyer une photo de vous avec le visuel imprimé ou dessiné sur le  groupe Facebook « Perte de revenu : crise sanitaire/crise sociale pour une allocation covid-19  » ou à j.mawet@rwlp.be 
  • Et pour les champions des réseaux sociaux , vous pouvez changer le décor de votre photo de profil, changer votre bannière, votre photo instagram, Twitter,  grâce au lien : https://www.dropbox.com/sh/fng66okbex0k07j/AAD_Pd18cYUALMGPVoTR7GIEa?dl=0
  • Partager les visuels et la campagne sur les réseaux sociaux, le plus possible.
  • Transférer par mail à vos contacts la demande d’allocation mensuelle covid-19 maintenant !

Mobilisons-nous, nous pouvons infléchir les politiques mises en place !

Julie Mawet
Animatrice socioculturelle en matière de réduction des inégalités et lutte contre la pauvreté
Tél. 081 31 21 17 GSM 0476 96 95 26
j.mawet@rwlp.be
Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté
12, rue Marie-Henriette, 5000 NAMUR
www.rwlp.be

facebook – Instagram – Youtube

More from La Gauche en Europe

En Belgique : la dégringolade du fisc – les priorités fiscales ce 23 septembre – La Tax Justice Day 2020, c’était ce 28 juin – Les priorités fiscales de la FGTB wallonne – Ce 9 mai 2019, le Tax Justice Day – A quand la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale … ? – On en a gros ! ( Fondation A.Renard) – Le 8 juin 2017 : la Tax Justice Day – Ils profitent, vous payez !

read more

FinCen : une employée poursuivie – Wirecard et les causes du scandale – A voir : le désordre fiscal mondial … ! – Arrêtez l’évasion fiscale – FINCEN, Une gigantesque enquête d’ICIJ sur la corruption fiscale des banques US – UBS : 1,1 milliard € réclamé par le fisc français – 45.000 clients à identifier réclamés par la France à la Suisse – la saga de l’évasion fiscale (suite) : poursuites en Belgique pour fraude fiscale et blanchiment d’argent et en France pour subornation de témoins

read more

Lobby en Europe – les portes tournantes (Europe/privé) – le Pom Pom girl de l’industrie chimique – Peter Simon représentera les banques allemandes ! – l’industrie automobile allemande et le Green Deal – Cross refusé à l’autorité bancaire européenne par le Parlement européen – – Uber prend dans son conseil d’administration Nelly Kroes, ancienne commissaire européenne – c’est écoeurant !

read more

Réaction de la Commission sur les passeports dorés à Chypre – Chypre et sa mafia : un coup d’arrêt ! – 1.000 jours après le meurtre de la journaliste Daphné Caruana Galizia – Huit pays européens n’ont toujours pas transposé la directive antiblanchiment – Le nouveau premier ministre de Malte doit combattre la corruption – Malte est-il un Etat de Droit ? – Malte et le blanchiment au Parlement européen ?! – Vers une autorité européenne contre le blanchiment – Que va faire la présidente de la Commission ? – Sven Giegold à Malte prochainement avec la Commission du Parlement européen – La démission du premier ministre de Malte est réclamée et obtenue- Démission du chef de cabinet du premier ministre à Malte – Arrestation à Malte, le ministre du Tourisme et son chef de cabinet démissionnaire ? – deLe Deutsche Bank se retire de Malte – Malte se déchire – l’île, qui préside l’Union européenne, est bien un paradis fiscal !

read more

Du 10 au 17 octobre : pour l’annulation de la dette, un appel à signer – Un rapport de la Commission de l’Education des Nations-Unies sur la fiscalité et les objectifs du développement durable – Dette, fiscalité et inégalités : un rapport du Conseil des Droits humains des Nations-Unies (Genève)

read more

Pinto, le lanceur d’alerte du Luanda Leaks – Dos Santos Isabel quitte le conseil d’Unitel – Amende pour Isabel pour le projet portuaire – Le parcours d’Isabel Dos Santos – Accord diamantaire frauduleux des Dos Santos en Angola – Isabel Dos Santos dépose plainte, mais n’arrive plus à payer ses salariés ! -Sodiba, dans le viseur de la police allemande – Les comptes et avoirs d’Isabel Dos Santos et de son mari saisis au Portugal – Abu Dhabi aussi, paradis fiscal ! – Comment Isabel Dos Santos est devenue immensément riche … enquête des Luanda Leaks – Les Dubai Papers – La Belgique partie civile, c’est fait ! – Les Dubaï Papers où l’on retrouve le prince De Croy et l’ineffable Mr Afschrift -OMEGA DIAMONDS : le procès des diamants sales, ce 14 mars 2019 – Requiem pour Laniado, le grand patron d’Omega Diamonds ! – Appleby, les Bermudes, les « Paradise Papers », la nouvelle fuite d’ICIJ … Appleby a couvert des terroristes – Appleby contre-attaque contre la BBC et le Guardian – et le « contrat social » ? – Laniado et Omega Diamonds impliqués !

read more