éléments sur la crise financière

Les activités commerciales illicites Nord/Sud : le rapport du GFI 2020 – Transparence financière en 2015 : une présentation du GFI

RAPPORT DETAILLE DES DIVERGENCES ET INDICATIONS GRAVES SUR LES ACTIVITES ILLICITES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL

Global Financial Integrity constate un écart de 8,8 trillions de dollars américains dans les échanges déclarés entre les économies en développement et les économies développées sur dix ans ; la mauvaise facturation commerciale des États est un obstacle important au développement durable.

WASHINGTON, D.C. – Global Financial Integrity (GFI) a publié sa mise à jour annuelle, « Flux financiers illicites liés au commerce dans 135 pays en voie de développement : 2008-2017 » qui examine les flux financiers illicites liés au commerce dans 135 pays en voie de développement et 36 économies développées par partenaire commercial, produit, région et pourcentage du commerce total, entre autres indicateurs.

En analysant les statistiques commerciales fournies par chaque gouvernement sur la base de données Comtrade des Nations Unies, GFI identifie les « écarts de valeur » ou inadéquations dans les données déclarées.

GFI a identifié un écart de valeur totale de 8,8 trillions de dollars américains dans le commerce entre les 135 économies en voie de développement et 36 économies développées au cours de la période de dix ans. En 2017, l’année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles, l’écart de valeur total dans le commerce entre les économies développées et les pays en voie de développement était de 817,6 milliards de dollars.

L’acte de fausse facturation commerciale est un type majeur de flux financiers illicites et peut être utilisé pour échapper aux droits de douane, la TVA et contrôle des devises, entre autres activités illicites. Elle prive également les gouvernements des pays en voie de développement des recettes fiscales dont ils ont désespérément besoin.

Tom Cardamone, Président et Directeur General de GFI, a fait la déclaration suivante :

« Les pays en voie de développement perdent un pourcentage important de la valeur de leurs transactions commerciales. En effet, en 2017, l’écart de valeur associé à la mauvaise facturation commerciale représentait 18% du commerce des pays en voie de développement. Si l’intégrité des transactions commerciales ne peut être assurée, il est peu probable que les pays soient en mesure d’atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies d’ici la date butoir de 2030. »

Cardamone a également noté que les pays pauvres sont souvent les plus durement touchés par la mauvaise facturation : « Sur les dix pays ayant les plus grandes moyennes d’écart de valeur entre 2008 et 2017, six se trouvent en Afrique et font partie des pays les plus pauvres du monde, dont Sao Tomé-et-Principe, la Gambie et le Burundi. »

Autres résultats notables (tous les chiffres sont en dollar américain) :

  • Les pays en voie de développement avec les moyens d’écarts de valeur annuels les plus élevés dans leurs échanges bilatéraux avec 36 économies développées au cours de la période de dix ans 2008-2017 étaient la Chine (323,8 milliards de dollars) ; Mexique (62,9 milliards de dollars) ; Russie (56,8 milliards de dollars); Pologne (40,9 milliards de dollars); et la Malaisie (36,7 milliards de dollars).
  • Les pays en voie de développement dont l’écart de valeur était le plus élevé en pourcentage de leur commerce bilatéral total avec les 36 économies développées au cours de la période de dix ans étaient la Gambie (37,3%) ; Togo (30,2%); Les Maldives (27,4%); Malawi (26,8%); et les Bahamas (26,6%).
  • À l’échelle régionale, les écarts de valeur les plus importants dans les échanges avec les 36 économies avancées sur la période 2008-2017 étaient les suivants : Asie en développement (476,3 milliards de dollars) ; Europe en développement (167,9 milliards de dollars) ; Hémisphère occidental (131,5 milliards de dollars); Moyen-Orient / Afrique du Nord (70,6 milliards de dollars); et Afrique subsaharienne (27,2 milliards de dollars).
  • L’écart de valeur le plus important entre les régions des pays en voie de développement était de 63 milliards de dollars, en 2014 entre le Moyen-Orient / Afrique du Nord et l’Asie en développement.
  • Les tailles moyennes des écarts de valeur en pourcentage du commerce total entre les partenaires commerciaux en voie de développement et entre les partenaires en voie de développement et économies développées étaient globalement similaires. Indiquant le fait que la fausse facturation commerciale est un problème dans le commerce entre pays en voie de développement comme dans le commerce entre pays en voie de développement et pays avancés.

Cardamone note que : « L’asymétrie des données est un problème clé dans la mauvaise facturation commerciale. Ce rapport fournit une multitude de recommandations politiques mondiales et nationales pour réduire l’asymétrie d’information. Leur mise en œuvre aidera les pays à sévir contre les fausses factures commerciales et à commencer à collecter davantage de revenus liés au commerce. »

Lisez le rapport complet ici.

———————————————————————————–

https://financialtransparency.org/the-year-in-financial-transparency/

More from Crise financière