OCDE et fiscalité

L’industrie néerlandaise des fleurs et l’évasion fiscale – L’évitement fiscal des multinationales en France (lettre du CEPII) – Toujours à propos de BEPS et de l’évasion fiscale des multinationales

Le Kenya, paradis fiscal, des producteurs de fleurs hollandais …

Une large route goudronnée serpente autour du lac d’eau douce Naivasha, à une centaine de kilomètres de la capitale Nairobi. Un flux de manœuvres de circulation intense d’un côté de la route à l’autre afin d’éviter les gros nids de poule – parfois à un demi-mètre de profondeur. Les conducteurs de matatus (minibus) préfèrent souvent les pistes de terre de chaque côté de la route, où les risques d’éclatement des pneus sont moins probables. Parfois, des individus sont repérés mettant leur vie en danger en poussant une brouette avec des pierres sur la route pour sceller un nid-de-poule. L’état de Moi South Lake Road contraste avec les routes bien pavées qui en partent et mènent à des enclos clôturés tenus par des gardes armés. Le drapeau du club de football professionnel néerlandais, Feyenoord, flotte derrière l’une de ces portes. Les fermes de fleurs nichées entre Moi South Lake Road et Lake Naivasha appartiennent principalement à des agriculteurs néerlandais et semblent être en parfait état. Aux Pays-Bas, la culture de la rose a diminué de façon spectaculaire au cours des dernières décennies. Entre 2000 et 2019, la superficie cultivée en rose aux Pays-Bas est passée de 932 hectares à 200 hectares. De nombreux producteurs néerlandais ont déplacé leurs entreprises vers des pays africains tels que le Kenya et l’Éthiopie. Les prix du travail, de l’énergie, de l’eau et des terres sont plus bas en Afrique de l’Est qu’aux Pays-Bas et le climat de l’Afrique de l’Est est favorable à la culture de la rose. Les roses prospèrent sous le soleil et la chaleur. La fleur coupée est depuis devenue le plus grand produit d’exportation au Kenya et le secteur offre du travail à 500 000 Kenyans. Cependant, l’industrie des fleurs au Kenya a fait l’objet de critiques ces dernières années en raison de mauvaises conditions de travail, de l’utilisation à grande échelle de pesticides toxiques et de l’impact négatif sur l’environnement, notamment la pollution du lac Naivasha. À la lumière de ces controverses passées, une nouvelle surgit: les sociétés de fleurs évitent leur obligation fiscale au Kenya, a révélé la plateforme néerlandaise de journalisme d’investigation Investico . Une recherche dans les enregistrements et les rapports annuels nous montre comment les sociétés de fleurs échappent aux taxes locales par le biais des sociétés d’exportation aux Pays-Bas et des fiducies situées dans des paradis fiscaux tels que les îles Caïmans et les îles Vierges britanniques, le Liechtenstein et Jersey. D’autres vendent leurs revenus à des sociétés sœurs à Dubaï à un prix artificiellement bas, ce qui signifie que les bénéfices ne tombent pas dans la ferme kenyane, mais dans une entité étrangère où l’impôt sur les bénéfices est également beaucoup plus bas qu’au Kenya. Sur les 32 sociétés que nous avons étudiées, dont au moins 13 sont d’origine néerlandaise, 45% peuvent être liées à des paradis fiscaux. Presque tous les producteurs néerlandais qui sont allés au Kenya ont transféré une partie de leur entreprise à une entreprise néerlandaise. Les sociétés qui créent un groupe international de plusieurs sociétés peuvent transférer et régler les profits et les pertes au sein de ce groupe. De cette façon, ils peuvent s’assurer que le profit est aussi bas que possible dans le pays avec le taux d’imposition le plus élevé. Parce que le Kenya a un impôt sur les bénéfices élevé, ce modèle est attrayant pour les entreprises qui y opèrent. Les Pays-Bas ont des conventions fiscales avec de nombreux autres pays. Cela facilite le transfert d’argent via les Pays-Bas vers un paradis fiscal par rapport au Kenya. Alors que les producteurs évitent de payer des impôts dans un pays comme le Kenya, où 36% de la population vit dans la pauvreté, ils appellent toujours leur entreprise «commerce équitable». En fait, plus de la moitié de toutes les entreprises sur lesquelles nous avons enquêté ont un certificat Fairtrade. Fairtrade, un label premium qui représente le commerce équitable entre les pays occidentaux et africains, présente un angle mort pour l’évasion fiscale. «Le commerce équitable – c’est un oxymore», explique Alvin Mosioma, directeur de Tax Justice Network Africa. «Il n’y a rien d’équitable dans ce métier. Pas aux ouvriers qui coupent les fleurs, ni au gouvernement. » *** Dans une petite salle de l’école primaire Oserian à Naivasha, les parents se bousculent pour s’emparer de chaises en plastique avec «Oserian Church» écrit au dos des chaises. Ils ont été empruntés à une église voisine et placés en rangées soignées. Lors de cette cérémonie, les dix étudiants les plus performants de l’examen national de l’année dernière sont à l’honneur: l’un d’eux pourrait même rejoindre les cinq cents meilleurs étudiants du pays et bientôt des journalistes pulluleront autour de lui pour des extraits sonores. Mais d’abord, le directeur de l’école ouvre les débats par une prière et d’un seul souffle, il remercie Dieu et la compagnie de fleurs d’Oserian pour l’éclat des élèves. Oserian est une énorme entreprise aux racines néerlandaises: elle a été fondée en 1969 par l’ancien marin Hans Zwager et est aujourd’hui l’un des plus grands exportateurs de roses et de fleurs coupées en Afrique. Un million de roses sont traitées chaque jour. Une partie est transportée par avion à Schiphol pour être échangée aux enchères à Aalsmeer (Pays-Bas); le reste est livré directement aux supermarchés européens tels que Sainsbury’s. Plus de quatre mille employés travaillent à la pépinière et des centaines dans le reste du domaine d’Oserian. «Le commerce équitable – c’est un oxymore», explique Alvin Mosioma, directeur de Tax Justice Network Africa. «Il n’y a rien d’équitable dans ce métier. Pas aux ouvriers qui coupent les fleurs, ni au gouvernement. » Oserian est la bannière de l’industrie florale kenyane. Il met beaucoup d’efforts dans la conservation de la faune et sur ses terrains se trouvent des écoles, un hôpital et des maisons pour le personnel. Le fondateur Hans Zwager a été décoré par l’ancien président récemment décédé Daniel Arap Moi pour son travail de pionnier dans l’industrie horticole kenyane et pour l’entrepreneuriat socialement responsable. De Moi South Lake Road, on a une vue sur un palais avec des flèches blanches qui dépassent au-dessus de la limite des arbres. Il appartenait autrefois à la famille coloniale britannique Delamère et est maintenant occupé par la famille Zwager. «Oh, vous disparaissez dans la vie là-bas», explique Fredrick, 46 ans, un ancien employé d’Oserian, alors qu’il creuse dans un plat de poisson. Le café Hollywood, situé à quelques kilomètres de la pépinière, est plein le soir. L’espace est chauffé par des monticules de charbon de bois sur lesquels des tilapias fraîchement pêchés sont cuits. «Oserian fournit toutes les installations. Quand j’étais en vacances, je ne savais pas où chercher, comme s’il n’y avait plus de mondes en dehors de l’entreprise. » Pendant près de vingt ans, Fredrick a veillé à la fertilisation des boutons de rose. Il travaille maintenant pour lui-même: il répare et loue des vélos. Fredrick a d’abord travaillé pour la compagnie de fleurs pour 12 000 shillings kenyans (environ 110 euros) par mois, mais les personnes avec ce salaire étaient progressivement éliminées, dit-il. Les nouveaux employés gagnent la moitié de ce montant. Ce chiffre est confirmé le lendemain matin lorsque nous rencontrons un nouveau coupe-rose à Oserian et lui donnons un coup de pouce. Elle avoue qu’elle ne reçoit que 59 euros pour un mois de travail. Un troisième employé, à qui nous parlons lorsque nous nous écartons de l’itinéraire lors d’une visite guidée du centre de tri, parle du même montant – qui est à peu près égal au salaire minimum pour le personnel non qualifié au Kenya. Cependant, Mary Kinyua, la directrice administrative d’Oserian, En 2017, Oserian a scindé l’entreprise sur papier en deux. Certaines activités, telles que l’emballage de roses, ont été transférées à une nouvelle société. Cette entreprise élude le secteur CAO (convention collective de travail) qui requiert un salaire de 10 000 shillings (91 euros). En pratique, il semble qu’il y ait peu de différence entre les salariés de l’une ou l’autre entreprise. Dans les serres vert pâle, qui s’étendent à perte de vue, les employés des deux sociétés interagissent. Les deux groupes ne se rapprochent pas du salaire décent calculé par Hivos à Naivasha, qui est de 2.852 euros par an. Néanmoins, Fairtrade est actuellement d’accord avec le salaire minimum et le secteur CAO. Les horticulteurs néerlandais se sont installés en Afrique en raison de la prospérité promise. Mais au Kenya, ce paysage a considérablement changé depuis; la culture des fleurs y est également en déclin. «Mes seize hectares aux Pays-Bas donnent plus que les soixante-dix au Kenya», explique la cultivatrice de fleurs Arie van den Berg, qui cultive aux Pays-Bas et au Kenya. Les roses hollandaises en Europe sont toujours disponibles pour quelques euros chaque jour de la Saint-Valentin chez le fleuriste, mais les roses africaines sont vendues chez Lidl (une chaîne de supermarchés européenne) pour un prix de dumping de 1,99 euro par bouquet. Parfois, les prix des enchères sont si bas qu’il est plus avantageux de détruire une charge de roses que de payer les frais de vol pour l’envoyer à la vente aux enchères dans le Westland néerlandais qui tourne autour de l’horticulture. La concurrence s’intensifie dans le monde entier et les pays africains tentent de se surpasser: l’Éthiopie a commencé à rivaliser en offrant des soi-disant exonérations fiscales – et il n’est pas du tout question d’un salaire minimum. Un autre problème est l’impôt, qui est élevé au Kenya pour les entrepreneurs étrangers: l’impôt sur les sociétés est de 37,5%. Dans un marché où chaque centime compte, certaines entreprises font tout leur possible pour échapper à ce fardeau fiscal. Il y a quelques années, en 2012, les équipes de football Oserian FC et Karuturi Sports, parrainées et nommées d’après deux pépinières de roses en compétition, se sont affrontées en Premier League, la plus haute division de football du Kenya. Le «derby de Naivasha» était un tireur de foule. À peine deux ans après ce point culminant, les fortunes ont pris une tournure dramatique et les joueurs de Karuturi Sports ont dû raccrocher leurs bottes en 2014. Le site de Karuturi a depuis été abandonné. Les serres vacantes s’étendent sur des centaines de mètres. Les structures en fer occupent la vue à perte de vue, interrompues seulement par des individus occasionnels arrachant une rose parasite des plantes sauvages en croissance dans les serres abandonnées. Les horticulteurs néerlandais se sont installés en Afrique en raison de la prospérité promise. Mais au Kenya, ce paysage a considérablement changé depuis; la culture des fleurs y est également en déclin. Cinq ans après la faillite, un ancien employé vit toujours dans une hutte à l’entrée des locaux de l’entreprise – en espérant qu’il recevra le salaire de trois mois qui lui est dû, plus sa pension accumulée. «Au cours des derniers mois avant la fermeture de la pépinière, les conditions de travail étaient terribles. Il n’y avait plus de protection contre les pesticides et les masques que nous portions n’étaient même pas vraiment adaptés à la poussière, encore moins au poison », dit-il. Mais la fermeture de Karuturi n’était pas due à son utilisation de pesticides. L’entreprise a été reconnue coupable d’avoir éludé plus de 18 millions d’euros d’impôts. Bien que Karuturi et l’administration fiscale soient parvenus à un règlement de 4 millions d’euros, cela s’est avéré suffisant pour mettre l’entreprise en faillite. Les roses étaient systématiquement exportées à un prix extrêmement bas vers leur propre entreprise à Dubaï, d’où elles étaient ensuite distribuées sur le marché. La succursale kenyane s’est transformée en perte, tandis que la succursale est devenue verte aux Emirats. Mais Karuturi n’a payé aucun impôt sur ce bénéfice: les Émirats arabes unis n’ont aucun impôt sur le revenu, les bénéfices ou les dividendes et aucun droit à l’importation sur les marchandises en transit. Alors que la taxe de 37,5% est perçue au Kenya, la taxe à Dubaï est de 0%. Dubaï est un nouveau paradis fiscal. Les zones franches, où la langue officielle est l’anglais et où les entrepreneurs étrangers peuvent être propriétaires à part entière d’une entreprise, progressent. Trois pépinières néerlandaises au Kenya ont déjà trouvé une maison aux Émirats, selon divers rapports annuels de la Chambre de commerce néerlandaise, dont la grande Oserian, qui a ouvert un centre logistique, Airflo FZE (Free Zone Enterprise), à ​​l’aéroport de Dubaï. En plus de faibles taxes, Dubaï offre une grande confidentialité aux propriétaires d’entreprises: les rapports annuels ne sont pas obligatoires et leur demande est impossible. C’est pourquoi nous ne pouvons pas vérifier si Oserian applique le même règlement que Karuturi. Karuturi a finalement échoué car elle a dû divulguer plus d’informations en tant que société cotée en Inde. Les sociétés néerlandaises ne sont pas tenues de divulguer au public leurs registres financiers car elles ne sont pas inscrites en bourse. *** Nous suivons pour la première fois le commerce offshore et la marche d’entreprises néerlandaises via la base de données FlowerCompanies.com, fondée par un entrepreneur néerlandais. Sur 21 entreprises africaines, le pays d’implantation ne mentionne pas le Kenya ou l’Ethiopie, mais les îles Caïmans, un endroit ensoleillé, mais sans une seule méga ferme. «Je ne sais pas pourquoi c’est fou. Il s’agit d’un bug sur le site Web », explique le fondateur lorsque nous l’avons en ligne. Au bout de quelques heures, les adresses ont été supprimées du site Web, mais nous avons découvert par d’autres moyens que la majorité de ces sociétés ont effectivement des succursales dans des paradis fiscaux comme les îles Caïmans. Il est plus difficile de prouver qu’ils paient peu ou pas d’impôts au Kenya. Selon la loi, tous les résidents kenyans ont le droit de demander des données aux agences gouvernementales et aux entreprises privées. Parce que nous ne sommes pas des résidents du Kenya, un étudiant en droit fiscal à Nairobi nous a aidés à consulter les rapports annuels des producteurs néerlandais au Kenya. Lors de sa première visite à la Chambre de commerce du Kenya, il a été sommé de communiquer ses choix via Internet. Lors de sa deuxième visite, il n’a reçu qu’un dossier vide. Lors de sa troisième visite, il a finalement obtenu le dossier osérien. Il a payé plus de six euros pour l’inspecter. Prendre des photos n’est pas autorisé à la Chambre de commerce et les caméras de sécurité dissuadent les visiteurs de le faire. Notre «informateur» hésite à utiliser une caméra cachée. Appelant les Pays-Bas, il parcourt le livre, qui contient un audit indépendant de Deloitte, dans lequel le chiffre d’affaires d’Oserian pour 2013 est estimé à 2,7 millions d’euros. Au-dessous de la ligne, il ne reste que 3 910 euros de bénéfices dans leurs propres états financiers, dont Oserian a payé un peu moins de 1 041 euros aux autorités fiscales. Nous avons écrit, conformément à la loi, une lettre à la Chambre de commerce du Kenya, demandant des copies du dossier – mais les papiers que l’étudiant kenyan a vu quelques jours auparavant se sont soudainement «perdus». L’entreprise refuse également de transmettre toute information sur ses finances. La famille Zwager, propriétaire d’Oserian, a construit tout un réseau d’entreprises autour de la pépinière qui couvrent ensemble toute la chaîne, de l’élevage à la vente et à la distribution. Aux Pays-Bas, une entreprise s’occupe de «vente et commercialisation de fleurs coupées». La société néerlandaise Peter Zwager a réalisé un chiffre d’affaires brut de 47 millions d’euros en 2010. La plupart des employés, selon la référence LinkedIn, travaillent simplement depuis le Kenya. Il ne peut en être autrement, car il n’y a pas de lieux de travail à Amsterdam: l’entreprise a été transférée au bureau fiduciaire d’Align. La dernière partie prenante de toutes ces sociétés «néerlandaises» est Mavuno Group Holding Company Establishment, une fiducie du paradis fiscal du Liechtenstein, qui est à nouveau gérée par un bureau de fiducie. Aucun pays en Europe ne prélève aussi peu d’impôts que le Liechtenstein et, surtout, il n’est pas soumis à l’examen du public. Les deux seuls actionnaires que nous identifions sont une société à la même adresse dans la principauté, et un près du port pittoresque de Road Town, la capitale des îles Vierges britanniques, qui à son tour possède toute une gamme de sociétés, dont un real de Floride société immobilière. D’autres branches d’Oserian finissent également par disparaître dans la fumée des vagues actionnaires et administrateurs des îles tropicales où ni les rapports annuels ni les propriétaires ultimes ne sont rendus publics. Nous identifions la Nouvelle-Zélande, les Bahamas et Jersey. « Nous ne vendons rien au Liechtenstein, nous n’y faisons pas de commerce, nous n’y obtenons certainement pas d’avantage fiscal – c’est juste une fiducie », explique la directrice administrative Mary Kinyua. «Le propriétaire d’Oserian, Peter Zwager, y met ses actifs.» Lorsqu’on lui a demandé pourquoi Oserian au Kenya ne faisait que 2 000 euros de bénéfices, elle n’a pas de réponse. «C’est une super signature. Il est très clair que nous essayons d’échapper aux impôts ici », explique Vincent Kiezebrink de la Fondation de recherche pour les entreprises multinationales (SOMO) lorsque nous présentons la structure corporative d’Oserian. « On dirait qu’elle peut essayer d’en tirer le meilleur parti », glousse-t-il. «Tous les ports fiscaux passent. Vous n’avez pas besoin de tant de paradis pour échapper à l’impôt. De nombreuses grandes entreprises investissent aujourd’hui dans leur image publique: elles ne s’installent plus aux Bahamas mais dans des paradis fiscaux moins connus comme l’Irlande ou Chypre, car elles prétendent toujours prélever environ 15% de taxes. Je ne vois pas cette conscience ici. Cela ne me surprendrait pas si cette entreprise pensait: «Plus près de zéro, mieux c’est.» » Nous avons écrit, conformément à la loi, une lettre à la Chambre de commerce du Kenya, demandant des copies du dossier – mais les papiers que l’étudiant kenyan a vu quelques jours auparavant se sont soudainement «perdus». Un monde plein d’avocats et de comptables astucieux se déroule autour d’agriculteurs émigrants qui leur font visiter le Kenya et, si nécessaire, les aident avec des terres agricoles et des constructions fiscales. Le pivot est le cabinet d’avocats Raffman Dhanji Elms & Virdee basé à Nairobi. Sur son site Web, le cabinet d’avocats déclare: «Le cabinet a été fortement impliqué dans le conseil aux industries des fleurs et de l’horticulture au cours de la dernière décennie, en particulier avec les investissements étrangers dans ce pays et les méthodes pour acquérir des terres et les structures d’entreprise requises. Cela a conduit à des coentreprises entre des investisseurs kenyans et étrangers et à la protection et à l’équilibre des intérêts respectifs. » L’avocat controversé de la ville, Guy Spencer Elms, était l’un des trois noms qui nous ont été donnés. Il était jadis associé à une multitude de scandales de corruption au Kenya. Néanmoins, il n’a jamais été condamné et maintient dans sa défense d’un complot par un cartel criminel de toujours peindre son image sous un mauvais jour. Guy Spencer Elms dit qu’il organise lui-même la planification fiscale de diverses pépinières néerlandaises et qu’il aide également les agriculteurs dans les transactions de terres agricoles. Lorsque nous lui présentons les constructions offshore, il dit: «Les gens pensent immédiatement à quelque chose de mauvais comme entendre parler d’une fiducie au Liechtenstein ou dans les îles Vierges britanniques, mais souvent ce n’est qu’un moyen de« planification successorale ». Les fiducies ne sont pas nécessairement une mauvaise chose ». *** « L’impôt c’est la vie! » lit le slogan célébrant 100 ans d’impôt sur le revenu au Kenya. Le luxueux Safari Park Hotel de Nairobi est le lieu de la conférence fiscale organisée par l’Université de Nairobi. Joan, une étudiante, prend une note de crédit dans son sac et pointe la TVA de 16%. «C’est pourquoi je pense que la taxe est si importante. Les taxes peuvent sortir le Kenya de la boue », dit-elle. Les étudiants parlent des obligations fiscales en termes élogieux; ils le voient comme l’avenir. Là où ce changement doit avoir lieu, c’est quelque chose avec lequel tout le monde est d’accord: le gouvernement. Le gourou de la fiscalité Attiya Waris, professeur de droit fiscal, souligne les lacunes de la collecte des impôts dans toute l’Afrique. Selon l’OCDE, l’Afrique manque chaque année 46 milliards d’euros de recettes fiscales aux multinationales évasives. L’ONU estime ce montant à 92 milliards d’euros. Waris a longtemps effectué des recherches sur les entreprises de fleurs du pays. «Le Kenya transfère ses terres à des sociétés étrangères, mais les profits qu’elles font chutent ailleurs. Ce n’est pas une situation gagnant-gagnant », dit-elle. D’autres branches d’Oserian finissent également par disparaître dans la fumée des vagues actionnaires et administrateurs des îles tropicales où ni les rapports annuels ni les propriétaires ultimes ne sont rendus publics. Nous identifions la Nouvelle-Zélande, les Bahamas et Jersey. La société néerlandaise Berg Roses a reçu 1,8 million d’impôts sur le revenu avec effet rétroactif. La société a été accusée par les autorités fiscales kenyanes d’avoir comploté avec sa société mère aux Pays-Bas. La succursale kenyane vendrait la plupart de ses fleurs à des prix extrêmement bas à la société mère aux Pays-Bas afin que le profit ne soit pas réalisé au Kenya, mais aux Pays-Bas. Le procès est toujours en cours parce que Van den Berg a contesté la question. «Nous nous assurons de réaliser 50% de bénéfices au Kenya et 50% aux Pays-Bas. Nous pensons que c’est juste. Si nous perdons cette affaire, ce sera le coup fatal pour notre entreprise. » Van den Berg connaît des entreprises qui canalisent les bénéfices vers des fiducies offshore et, selon lui, nous n’en entendons jamais parler. «Non seulement dans le secteur, mais aussi au gouvernement, c’est uniquement en termes de profit, pas ce qui est bon pour le pays», explique la fiscaliste Waris à la fin de la célébration. Elle resserre un peu plus son écharpe colorée autour de ses épaules et continue à voix basse quand un duo de gardes armés passe. Cela devrait être une obligation morale de payer des impôts dans un pays dont vous utilisez la terre, l’eau et les gens, dit-elle. Mais surveiller l’industrie des fleurs laisse souvent à désirer car les entreprises et l’élite politique sont étroitement liées – un euphémisme pour la corruption. Cela est devenu clair, par exemple, dans les Paradise Papers – des fichiers divulgués par le cabinet d’avocats Appleby – qui montrent que Sally Jemngetich Kosgei, ancienne chef de la fonction publique et propriétaire d’une pépinière de fleurs au Kenya, a acheté un appartement luxueux à Londres via une société offshore basée à Maurice. Kosgei a déclaré au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qu’elle avait acheté l’appartement avec ses fonds personnels. Les organisations du commerce équitable ne considèrent pas l’éthique fiscale comme leur responsabilité. La page de couverture d’un récent numéro de Fairtrade International est ornée d’une photo de la pépinière Waridi Limited, qui est presque entièrement entre les mains d’une entreprise des îles Vierges. Presque toutes les pépinières néerlandaises au Kenya sont en possession de la marque de qualité Fair Trade, qui signifie de bonnes conditions. Selon l’OCDE, l’Afrique manque chaque année 46 milliards d’euros de recettes fiscales aux multinationales évasives. L’ONU estime ce montant à 92 milliards d’euros. «Oserian vend 14% de sa production sous forme de rose du commerce équitable», explique Tara Scally, porte-parole du commerce équitable aux Pays-Bas. Une partie du produit des roses du commerce équitable, souvent plus chères, est reversée dans un pot que les employés de la ferme peuvent disposer: par exemple, ils l’investissent dans l’éducation ou dans le salaire d’un médecin. Fairtrade se concentre sur la position des agriculteurs et des travailleurs, explique Scally. Les constructions fiscales n’en font pas partie. De plus, la recherche fiscale nécessite beaucoup de connaissances spécialisées et de ressources financières, ajoute-t-elle. Elle craint que les entreprises ne participent plus au programme si elles sont tenues de divulguer ce qui est dans leurs livres. «La conséquence peut être que les travailleurs perdent une partie de leurs revenus. Nous préférerions ne pas voir cela. » Un raisonnement ridicule, réplique Alvin Mosioma, fondateur et directeur de Tax Justice Network Africa. «Porter une étiquette commerce équitable sans payer vos impôts? C’est un oxymore.  » Mosioma considère le commerce équitable comme un gadget marketing: «Les gens n’achètent pas une rose avec du sang dessus. La responsabilité sociale fait partie de la marque de ces entreprises. Ils construisent des hôpitaux, des écoles. Cela donne au consommateur qui achète une telle rose un bon sentiment – l’idée qu’il contribue au développement d’un tel pays. Rien n’est plus éloigné de la vérité. Ces personnes travaillent dans des conditions très précaires pour un salaire minimum. C’est plutôt paternaliste: vous leur donnez du travail et une école. Mais vous achetez aussi des gens avec. Ils sont satisfaits d’un tel investissement. «Regardez», disent-ils au gouvernement, «cette entreprise prend soin de nous, le gouvernement ne fait pas ça». Non, c’est parce que le gouvernement n’a pas d’argent pour cela, et aussi parce que les mêmes entreprises se livrent à une évasion fiscale agressive. »

Cet article a déjà été publié en néerlandais aux Pays – Bas dans les journaux / en ligne suivants: (frontpage) quotidien Trouw , hebdomadaire De Groene Amsterdammer et plateforme de journalisme d’investigation en ligne Investico .  Par Romy van der Burgh et Linda van der PolRomy van der Burgh (@BurghRomy) est une journaliste d’investigation indépendante. Linda van der Pol (@lindapolski) est historienne de la culture et journaliste indépendante basée aux Pays-Bas.

Read more at: https://www.theelephant.info/features/2020/03/21/unfair-trade-how-dutch-rose-growers-avoid-paying-taxes-in-kenya/
The Elephant – Speaking truth to power.

—————————————————————————-

 L’évitement fiscal des multinationales en France : combien et où ? 

Vincent Vicard  (CEPII- n°400 – juin 2019)

http://www.cepii.fr/CEPII/fr/publications/lettre/abstract.asp?NoDoc=12251

Les exemples d’entreprises multinationales utilisant des dispositifs fiscaux complexes pour soustraire leurs bénéfices à l’impôt sont légion. Au-delà des cas particuliers, mesurer l’ampleur d’un tel phénomène au niveau d’un pays est par nature compliqué. Les stratégies fiscales mises en place par les multinationales laissent toutefois des traces dans leurs comptes et dans les statistiques officielles, qui peuvent être exploitées pour mesurer les montants en jeu. Cette Lettre propose une quantification de ces montants dans le cas français, à partir de données collectées auprès des entreprises pour l’établissement de la balance des paiements. Les profits non déclarés en France atteindraient quelques 36 milliards d’euros en 2015, soit 1,6 % du PIB, un montant 30 fois supérieur à ce qu’il était au début des années 2000. D’après nos estimations, neuf des dix premiers pays d’enregistrement des profits manquants en France sont européens. D’où l’importance de l’échelon européen dans les politiques de lutte contre l’évitement fiscal des multinationales.

 

————————————————————————————————

Un bref aperçu et analyse de Kairos Europe WB concernant le plan de l’OCDE :  le verre à moitié plein ou à moitié vide … ?

l’utilisation d’un vieux schéma (les prix déterminés par « la concurrence » entre entreprises distinctes) pour répondre à de nouvelles situations créées par le capital mobile et des multinationales disposant de filiales « intégrées » dans une stratégie fiscale … ! un premier pas pourtant avec le formulaire (template) de bilan comptable pays par pays (CBCR)

Le plan d’action BEPS de l’OCDE (ppt)  – Le plan d’action BEPS de l’OCDE (pdf)

______________________________________________________

A Djakarta, la coalition pour la transparence financière (Financial Transparency Coalition)  a réuni des représentants de 25 pays dont une douzaine ne sont pas représentés à l’OCDE. Ils ont analysé la situation des flux financiers illicites après les décisions BEPS – voir ici le communiqué de presse 

https://financialtransparency.org/closing-statement-on-6th-financial-transparency-conference/

______________________________________________________

____________________________________________________

La réaction du Réseau pour la Justice fiscale par Leila Bodeux (Oxfam) :

Un petit pas dans la lutte contre l’optimisation fiscale

Les scandales fiscaux se succèdent, détaillant les tactiques utilisées par les multinationales pour éluder l’impôt sur des profits juteux en se jouant des failles de la fiscalité internationale, dont les règles obsolètes ont été édictées il y a presque 100 ans. Les citoyens accablés sous le poids des mesures d’austérité réclament un changement et plusieurs pays prennent conscience du manque à gagner que cela représente pour leurs finances publiques.

Le plan d’action en 15 points de l’OCDE baptisé BEPS (Base erosion and profit shifting ou érosion de la base d’imposition et transfert de bénéfice en français) est une des tentatives pour faire le ménage dans la fiscalité des entreprises. Le 5 octobre dernier, l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a présenté le résultat de deux ans de travail intense pour accoucher de mesures qui mettraient fin à l’évitement fiscal des entreprises et obligeraient celles-ci à payer l’impôt là où leur activité économique a réellement lieu.

Actuellement, toutes les multinationales concoctent avec l’aide d’avocats fiscalistes et de bureaux de consultance des plans fiscaux ingénieux qui réduisent l’impôt à sa plus simple expression. Les profits et pertes sont répartis entre filiales d’un même groupe au vent des juridictions les plus intéressantes. 60% du commerce mondial se fait actuellement entre filiales d’un même groupe.

« Unhappy meal »

Traités fiscaux, rescrits fiscaux, « patent box » (boîte à brevet), incitants fiscaux en tous genres (ex: intérêts notionnels) sont autant d’outils précipitant la course fiscale vers le bas et permettant aux multinationales de faire leur « shopping fiscal ». Les chiffres conservateurs de l’OCDE évaluent la perte fiscale pour les gouvernements à 240 milliards de dollars par an. L’urgence d’un plan d’action est donc criante, mais le BEPS marquera-t-il une révolution dans la lutte contre l’évitement fiscal, comme certains le prétendent? Rien n’est moins sûr…

Prenons le cas des « patent box ». Ces régimes accordent un taux d’imposition inférieur pour les revenus tirés de la propriété intellectuelle et existent dans de nombreux pays comme la Belgique, les Pays-Bas ou le Luxembourg.

Le rapport « Unhappy meal » réalisé par les syndicats européens et américains met à jour comment McDonald’s a utilisé le « patent box » luxembourgeois afin que les revenus liés à l’utilisation du droit de marque de McDonald’s soient exonérés de 80% d’impôt. Facture pour les fiscs européens entre 2009 et 2013: 1 milliard d’euros! Contre tout espoir, le BEPS a renoncé à abolir ces « patent box » qui entretiennent la concurrence fiscale entre pays. Les « patent box » existants à présent sont maintenus jusqu’en 2021 et des guidelines complexes et floues ont été décidées pour réduire les dégâts des nouveaux patent box à partir de 2016.

Les révélations Luxleaks ont, par ailleurs, mis à jour les « tax rulings » ou rescrits fiscaux conclus entre PwC et le fisc luxembourgeois au nom de 350 multinationales qui avalisaient des plans fiscaux agressifs pouvant réduire l’impôt jusqu’à 1%.

Plus de transparence fiscale est nécessaire pour qu’il ne faille plus attendre les fuites données par des lanceurs d’alerte afin d’en savoir plus sur les pratiques fiscales douteuses des entreprises. Le BEPS échoue également sur ce plan-là: un échange « spontané obligatoire » entre administrations fiscales des informations sur les rescrits fiscaux est prévu selon certaines conditions, excluant l’accès aux données pour le grand public.

Le « country-by-country reporting » (CBCR) proposé par le BEPS n’est pas non plus à la hauteur. Les entreprises ayant un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros doivent transmettre aux administrations fiscales des informations sur leur nombre d’employés, les taxes payées et le chiffre d’affaires réalisé dans chaque pays où elles sont actives. Le seuil élevé de chiffre d’affaires exclut de facto 75% des entreprises et le fait que ces données ne seront pas publiques est un écueil fondamental.

L’Union européenne doit aller plus loin et élargir le CBCR public et obligatoire qui existe déjà pour le secteur bancaire à toutes les entreprises afin qu’on puisse réellement parler de transparence.

Les pays en voie de développement à l’écart

Les pays en développement n’ont pas voix au chapitre alors qu’ils sont les grands perdants de l’optimisation fiscale des entreprises, qui leur fait perdre chaque année 1,75% de leur PIB, selon le Fonds monétaire international (FMI), soit trois fois plus que pour les pays riches.

Malgré l’intérêt légitime qu’ils ont à participer à la rédaction de règles du jeu plus justes, les artisans du BEPS ont exclu des négociations plus de 100 pays en développement. Les travaux ont commencé avec les 34 de l’OCDE et les pays restants du G20 et se sont poursuivis en incluant dans un deuxième temps 14 pays en développement pour répondre aux critiques récurrentes sur leur manque d’inclusion. Les pays restants ont dû se contenter de consultations régionales.

Des questions épineuses pour les pays en développement comme la taxation des revenus du secteur extractif n’ont pas été abordées. Les pays en développement sont à présent invités à mettre en oeuvre le BEPS via un système de forum global complexe auquel beaucoup d’entre eux n’auront pas les capacités techniques de participer.

La demande des pays du G77 de créer un organisme fiscal mondial inclusif au sein de l’ONU pour oeuvrer à une fiscalité plus juste a été rejetée catégoriquement par les pays riches lors de la conférence sur le financement du développement d’Addis Abeba en juillet 2015.

Des sparadraps ici et là

Là où le bât blesse, c’est dans la prédominance du principe de pleine concurrence (« arm’s length principle »), qui considère les différentes filiales d’une entreprise multinationale comme des entités indépendantes les unes des autres. Les prix de vente d’un produit ou d’un service entre deux filiales (prix de transfert) doivent alors être comparables à ceux pratiqués au prix du marché entre deux entreprises indépendantes.

En pratique, ce principe est extrêmement complexe à vérifier pour les administrations fiscales, particulièrement en ce qui concerne les prix liés aux services et aux droits de marque. Les multinationales ont donc le champ libre pour transférer artificiellement leurs bénéfices vers des juridictions à faible fiscalité.

De nombreux économistes tels que Joseph Stiglitz plaident pour une alternative que le BEPS a ignorée, le « profit split » (littéralement « division du profit »), qui consiste à considérer l’entreprise multinationale comme un tout et à répartir ses bénéfices globaux entre pays en fonction d’une formule correspondant à l’activité économique réelle.

À la place, des sparadraps ont été apposés ici et là à des règles dysfonctionnelles, rendant toute visibilité encore plus compliquée, dans un plan extrêmement lourd dont chacune des 15 actions fait l’objet d’un rapport qui peut compter plus de 400 pages…

Dire que la mise en oeuvre du BEPS sera laborieuse est un euphémisme. Cette complexité risque d’augmenter les recours juridiques, notamment via la possible création d’un futur mécanisme d’arbitrage. Des cas comme celui de l’entreprise Coca-Cola, qui menace le fisc américain d’un recours en justice après que celui-ci lui a réclamé 3,3 milliards de dollars d’impôts impayés, risquent de se multiplier.

La revue à la baisse de l’ambition que s’était fixé l’OCDE comme l’abolition des « patent box » reflète bien le manque de volonté de certains. Les lobbies économiques et financiers pourfendeurs de la lutte contre l’optimisation fiscale, qui se sont par exemple vigoureusement opposés à un CBCR public lors de consultations, se frottent les mains. Voilà pourquoi le BEPS ne satisfait pas les défenseurs de la justice fiscale. Il serait irresponsable que nos dirigeants considèrent le BEPS comme la mise à mort de l’optimisation fiscale.

Le BEPS est un point de départ, il doit être mis en oeuvre le plus efficacement possible par chaque pays et doit ensuite mener à une ère post-BEPS qui reléguera la piraterie fiscale dans les oubliettes du passé. Il reste du pain sur la planche, notamment au niveau des réformes fiscales proposées par la Commission européenne. La lutte ne fait que commencer.

* Le Réseau pour la justice fiscale réunit les syndicats et une trentaine d’ONG, de mouvements et d’associations de Wallonie et de Bruxelles.

 _________________________________________________

un article de G.Turner  (publié sur un nouveau média indépendant  britannique byline) sur les décisions de l’OCDE en matière de lutte contre l’érosion fiscale des multinationales et un rappel du scandale d’évasion fiscale de l’opérateur de téléphonie MTN en Afrique

https://www.byline.com/column/39/article/499

un article de « La Stampa » (Italie) : trop peu contre l’évasion fiscale à l’OCDE !

http://www.lastampa.it/2015/10/08/blogs/coltiva-il-cibo-la-vita-il-pianeta/il-nuovo-piano-ocse-antielusione-fiscale-delle-multinazionali-un-cerotto-su-una-ferita-aperta-TfqaodXoJ9oC1KTx7qP9sO/pagina.html

 

More from OCDE et fiscalité

Les comptes et avoirs d’Isabel Dos Santos et de son mari saisis au Portugal – Abu Dhabi aussi, paradis fiscal ! – Comment Isabel Dos Santos est devenue immensément riche … enquête des Luanda Leaks – Les Dubai Papers – La Belgique partie civile, c’est fait ! – Les Dubaï Papers où l’on retrouve le prince De Croy et l’ineffable Mr Afschrift -OMEGA DIAMONDS : le procès des diamants sales, ce 14 mars 2019 – Requiem pour Laniado, le grand patron d’Omega Diamonds ! – Appleby, les Bermudes, les « Paradise Papers », la nouvelle fuite d’ICIJ … Appleby a couvert des terroristes – Appleby contre-attaque contre la BBC et le Guardian – et le « contrat social » ? – Laniado et Omega Diamonds impliqués !

read more

L’index du secret fiscal 2020 est arrivé : les USA n° 2 !- L’index des paradis fiscaux des entreprises 2019 – Le nouvel Index d’opacité financière 2018 est arrivé – L’index d’opacité financière 2015 FSI a été publié ce 2 novembre

read more

Google met fin à son double sandwich fiscal irlandais/néerlandais (Reuters) – « Tax war » – Google en Belgique – Google va devoir payer plus de 2 milliards d’euros à la Commission européenne – Les mesures de rétorsion US devant les poursuites des sociétés américaines en Europe – Google va payer 3% de ses bénéfices en Grande-Bretagne ! – la réaction à la Commission européenne, en France et en Grande Bretagne !

read more

Shell aux Bahamas et à Singapour – Avancée européenne sur les investissements durables : rejet du nucléaire ! -Défaite historique pour la transparence fiscale au niveau européen – Ce jeudi 28 novembre 2019, devant le Conseil européen (Schuman) ! – La position allemande de refus de transparence des grandes multinationales – S.Giegold) – On avance ce 24 octobre sur le CBCR européen ? – Une vidéo en 8 langues dont le français sur le CBCR – Débat fiscal entre principaux candidats européens – Le plan fiscal en 10 points des Verts européens – Reporting pays par pays (CBCR) : dans le débat des élections européennes – 9/10 des multinationales y échapperont ! – vote au Parlement ce 4 juillet et rejet des amendements sociaux-démocrates – le vote du 12 juin en Commission affaiblit encore le texte – 6 raisons pour voter le CBCR – vote au Parlement européen reporté au 12 juin – l’offensive « contre » du MEDEF – le nouveau rapport d’Oxfam sur 20 grandes banques européennes – au niveau européen – Tout savoir avec Alex Cobbham (TJN) ce 6 décembre 2016 – pour l’Europe, des décisions à prendre à l’unanimité du Conseil ? – la loi Sapin II en France – ce qu’il devrait être (R.Murphy) – aux USA – interview de Pascal St Amans (OCDE) – 39 pays y adhèrent suivant les normes de l’OCDE – plus de 1500 sociétés y seront obligées par l’Union européenne – la réaction des ONG et la lettre au Président Juncker – la « fuite » sur la position de la Commission –

read more

Le Labour britannique, premier parti à appeler à la taxation unitaire – Attac France et Allemagne appellent à la taxation unitaire des multinationales – Taxer les multinationales comme des unités : la taxation unitaire par Sol Piccioto (Univ. Lancaster)

read more

Le site de R. Elmer – Un nouveau livre et un appel financier de R. Elmer – Le canton de Berne plus intelligent que l’Union européenne ? – Google contre R.Elmer – Une consultation suisse dangereuse – Ce 10 octobre 2018 une victoire … : Elmer contre la Suisse et son secret bancaire – La Suisse et les lanceurs d’alerte – Que signifierait l’acquittement de R.Elmer ? – Les juges suisses cherchent à élargir le secret bancaire à l’étranger – Remise en cause suisse de l’échange automatique d’informations ? – Elmer promet de livrer ses documents si on le blanchit – Trutheum : la récompense pour les lanceurs d’alerte ! – Le coût de toutes ces poursuites … – Elmer gagne contre un journal d’extrême droite (UDC) – Création d’une plate-forme africaine de protection des lanceurs d’alerte – Récupérer les données livrées par les lanceurs d’alerte – La protection des lanceurs d’alerte – Luxembourg, les plaidoiries et la contestation de la « bonne foi » – 6 mois pour Deltour et une amende pour Halet ? – A Luxembourg, ce 12 décembre, le procès reprend en appel et avec les ONG – Lanceurs d’alerte contre secret des affaires – une loi et une pétition en France – les condamnés de Luxleaks iront en appel – Coupables ou héros, les lanceurs d’alerte ? Une « Brève » de Kairos Europe WB

read more