Aux Nations-Unies, enfin la question fiscale ? – La Suisse toujours au centre de la corruption mondiale – Amérique latine – Détournement pour 4 milliards $ sur le Fonds souverain Malaysien : une ouverture d’enquête en Suisse et au Luxembourg –

Les abus fiscaux, le blanchiment d’argent et la corruption dans le monde font le plus grand tort aux pauvres du monde

Le panel FACTI a cité les enquêtes de l’ICIJ pour avoir porté à l’attention du monde entier les délits financiers et la justice fiscale, mais affirme que la réforme tarde à venir lorsque des actes répréhensibles sont exposés.

Les gouvernements et les banques du monde entier font peu pour lutter contre les abus fiscaux, le blanchiment d’argent et la corruption dans un système financier mondial qui perpétue les inégalités et condamne les gens à une pauvreté endémique, a conclu un panel de haut niveau des Nations Unies jeudi.

Le panel international sur la responsabilité financière, la transparence et l’intégrité, composé d’anciens chefs d’État et de gouvernement, d’anciens gouverneurs de banque centrale, de chefs d’entreprise et de la société civile et d’éminents universitaires, a déclaré dans un rapport intérimaire que les contrôles financiers dépassés n’avaient pas réussi à suivre le rythme dans un monde globalisé et numérisé.

« Trop de banques sont de mèche et trop de gouvernements sont coincés dans le passé », a déclaré la coprésidente de la FACTI, Dalia Grybauskaitė et ancienne présidente de Lituanie, dans un communiqué de presse à propos du rapport. «Nous sommes tous volés, en particulier les pauvres du monde.»

Les journalistes jouent un rôle important dans les écosystèmes d’institutions et d’acteurs qui génèrent la volonté politique nationale soutenue nécessaire pour créer des systèmes responsables et transparents pour promouvoir l’intégrité financière.

– Panneau FACTI

Le rapport appelle à une approche globale pour lutter contre les abus généralisés qui sont particulièrement préjudiciables aux pays en développement. Le COVID-19 n’a fait qu’aggraver les inégalités mondiales et a rendu la réforme plus urgente, a-t-il déclaré.

«Nous devons explorer des solutions nouvelles et créatives pour rendre les systèmes plus complets et plus robustes, et finalement construire un écosystème cohérent d’institutions et de cadres pour la transparence, la responsabilité et l’intégrité», indique le rapport.

FACTI a cité des projets dirigés par le Consortium international des journalistes d’investigation, y compris les fichiers FinCEN de cette semaine et l’enquête de 2016 sur les Panama Papers , comme exemples de la manière dont «le système de réglementation de l’argent sale présente des lacunes majeures».

«Les journalistes jouent un rôle important dans les écosystèmes d’institutions et d’acteurs qui génèrent la volonté politique nationale soutenue nécessaire pour créer des systèmes responsables et transparents pour promouvoir l’intégrité financière», indique le rapport.

Cependant, même lorsque des actes répréhensibles ont été révélés par le passé, la réforme a été lente ou inexistante, selon la FACTI.

FICHIERS FINCEN

Non contrôlé par les banques mondiales, l’argent sale détruit les rêves et les vies

20 SEPT. 2020
IMPACT

Un comptable américain, coupable dans l’affaire des Panama Papers, condamné à plus de 3 ans

25 SEPT. 2020
LES PARADIS FISCAUX

Anguilla, paradis fiscal populaire des Panama Papers, glisse dans le classement de la transparence, selon un nouveau rapport

09 SEPT. 2020

«Lorsque toutes les grandes banques sont corrompues et complices, aucune n’est susceptible de subir un préjudice de réputation par rapport au reste du secteur», indique le rapport. «Les services de conformité des grandes banques peuvent signaler les transactions ou les clients comme risqués avant que les grands scandales ne deviennent publics, mais ces avertissements peuvent être mal compris, délibérément ignorés ou annulés par la direction de la banque.

Le rapport indique que les gouvernements perdent 500 milliards de dollars par an en raison du transfert de bénéfices des entreprises; 7 trillions de dollars de richesse privée se retrouvent dans les paradis fiscaux; quelque 10% du PIB mondial est détenu à l’étranger; et environ 1,6 billion de dollars sont blanchis chaque année.

Faisant également référence aux fichiers FinCen, le directeur général du groupe de défense Tax Justice Network, Alex Cobham, a salué l’appel du panel pour une refonte complète et l’adhésion internationale.

«Le rapport publié aujourd’hui à la suite d’un autre scandale financier d’un billion de dollars montre une chose claire: notre système fiscal mondial n’est pas cassé, il est programmé pour échouer», a-t-il déclaré. «Aucun pays ne peut reprogrammer seul un système fiscal mondial. Le panel FACTI confirme que l’OCDE s’est révélée incapable de fournir des résultats véritablement inclusifs: nous avons besoin d’une convention fiscale des Nations Unies pour nous assurer que notre système fiscal mondial fonctionne pour tout le monde.

La FACTI a déclaré qu’elle prévoyait de publier son rapport final en février 2021. Cela se concentrerait sur la fourniture de solutions aux problèmes détaillés dans son rapport intérimaire.

—————————————————————————-

Les avoirs latinos en Suisse, représentent 11% du total qui y est déposé pour 33% en provenance de pays européens – Les banquiers suisses craignent les mesures prises à l’égard de la fraude et l’évasion fiscale en Amérique latine :

http://www.reuters.com/article/us-taxavoidance-latam-swiss-banks-idUSKCN10G12F

____________________________________________________

Pour l’Inde, la Suisse reste au centre de l’argent sale :

http://swarajyamag.com/world/switzerland-is-still-the-centre-of-global-black-money

_________________________________________________

De nombreuses banques notamment suisses impliquées dans le scandale du fonds souverain malaysien :

http://www.wort.lu/fr/economie/fonds-souverain-malaisien-1mdb-le-parquet-ouvre-une-information-judiciaire-pour-blanchiment-56fd19c81bea9dff8fa7563b

Comments

comments

Laisser un commentaire